Rejoignez l'univers de Kuroshitsuji, toujours plus fou !
 

Partagez | .
 

 Oui, non, peut-être °w° [Eric]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 71
Date d'inscription : 30/06/2012
Age : 23
Localisation : Tu vois le grand blond baraqué? Ben tu regardes à côté en baissant les yeux

Identité
Race: Shinigami
Place dans la société:
Un contrat ? Avec qui ?:
avatar
Alan Humphries
MessageSujet: Oui, non, peut-être °w° [Eric]   Mer 30 Jan - 19:52

Et voilà. On y était maintenant, et j’avais absoluuuument pas envie d’aller. Pourquoi j’avais accepté une telle chose ? La prochaine fois qu’on me propose d’aller à une soirée, je nierai de toutes mes forces. Plus jamais je n’y mettrai les pieds. …Non, je n’y mettrai jamais les pieds, point final. Je n’ai aucune envie d’y aller maintenant. Je sais que j’ai promis à Eric que j’allais venir avec lui mais bon. Je n’aime pas du tout les soirées. Du moins, de ce que j’en ai entendu, ça ne me tente absolument pas. Je préfère rester bien tranquillement ici. Au moins dans mes appartements, je peux lire tranquillement. Là-bas je…Je vais pas arrêter de stresser parce que y aura trop de gens, et surtout je ne pourrais pas m’empêcher de coller Eric vu qu’il sera la seule et unique personne que je connaisse vraiment bien, et au vu de cette proximité, je vais encore plus stresser.

Hm….Le pire c’est que si je ne me bouge pas tout de suite, je vais être en retard. Et je hais tout simplement être en retard. Et Eric le sait. Il sait aussi que je suis ponctuel et que ce ne sera pas normal si je ne suis pas au lieu de rendez-vous avant lui. C’est pour ça que j’appuyai sur la clenche et hésitai à sortir avant de…Avant de rentrer dans la chambre. Non. C’était impossible que j’y aille tranquillement . Restant devant la porte, je me triturai les mains durant…Durant au moins dix minutes, à hésiter à ouvrir ou non cette fichue porte.

….Maintenant je me sentais encore plus mal de laisser Eric en plan. ….Malin. Mph. Que faire ? Aller quand même le rejoindre ? …Il vaudrait sans doute mieux, là il risque de s’inquiéter et je n’en ai pas la moindre envie. Il pourrait croire qu’il m’est arrivé quelque chose. …Hm, c’est une idée de se faire passer pour malade en fait…Non. Non, et définitivement non. C’est tout simplement impensable. Après tout ce qu’il a fait pour moi…Ce serait…Il y a même pas de mots pour décrire ça. Je devrais donc me décider à y aller, malgré mon retard avant qu’il ne s’inquiète de trop.

Je soupirai doucement et remit une main sur la clenche, me mordant légèrement la lèvre. Pourquoi était-il si dur de faire une telle chose ? …Non la question était plutôt pourquoi m’était-il si dur de sortir de chez moi pour quelques heures ? C’était parfaitement ridicule. Sans doute que tout le reste de la Dispatch y était, et que j’étais le dernier des crétins à ne pas m’y rendre, par timidité. …Oui toute la Dispatch. …Génial, j’arrive à me donner l’envie de m’enfermer chez moi pour la fin de la journée. J’hésite un instant à tourner la clef et à aller m’enfouir sous ma couette, mais je sais très bien qu’Eric finira par venir.

Et même si je n’ai pas envie d’aller à cette soirée, je lui dois au moins des explications. J’aurais mieux fait de le prévenir avant au lieu de me défiler à la dernière minute. Mais ça a été plus fort que moi. Je m’étais dit que j’y arriverais, j’étais même arrivé à m’y convaincre et puis là au dernier moment…toute motivation c’était envolée. Comme tout le reste d’ailleurs. Continuant de me mordre la lèvre, je croisai les bras avant d’entendre du bruit devant la porte. Des bruits de pas qui s’arrêtèrent juste à quelques centimètres de moi. …Inutile de se demander de qui il s’agissait. D’ailleurs je ne dus même pas attendre vingt secondes avant que l’on frappe à la porte.

Respirant un bon coup, je finis par ouvrir la porte, tombant bien évidemment sur Eric. Le regardant timidement, je continuai de me mordre la lèvre et m’écartai doucement de la porte, afin de le laisser passer. Bien sûr, je n’avais pas la moindre envie d’aller à la soirée, mais ce n’était pas pour ça que je n’avais pas envie de lui parler ou encore de ne pas m’expliquer.

‘-D…Désolé Eric mais je…Je peux pas y…aller.’

Je rebaissai la tête une nouvelle fois, fixant mes pieds. Non je n’avais rien de mieux à regarder pour le moment. Absolument pas. …Okay peut-être que regarder la réaction d’Eric serait plus intéressant. Sauf que je me sentais de plus en plus mal. Tout simplement parce que j’étais absolument incapable de tenir la promesse que je lui avais faite. Bien que, maintenant qu’il était là, j’aurais peut-être le courage d’y aller. Peut-être.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 13
Date d'inscription : 25/01/2013
avatar
Eric Slingby
MessageSujet: Re: Oui, non, peut-être °w° [Eric]   Jeu 31 Jan - 20:54

Des fois, franchement, on cherche bien loin pour une chose qui, en fait, est inutile ... Comme le boulot. Jme demande qui est l'abruti qui s'est levé, un matin, en disant : 'Oh j'ai envie de faire chier le monde aujourd'hui ! Je vais inventer un nouveau système totalement inhumain qui consistera à assoir des gens derrière un bureau pendant de longues heures, surveillés par un piaf sadique, et qui rempliront des montagnes de papiers !', qui doit entre parenthèses être aussi l'instigateur des heures sup's non rénumérées. Quoi que ... Non, il doit juste avoir inventé le taf. Et c'est pas plus mal, après tout ... Autant que je lui casse la gueule que pour une seule chose !
Je devrais arrêter mes palabres inutiles et autres choses futiles, je sais. Mais que voulez-vous, si je ne peux pas râler contre le système carcéral de la Dispatch, je saurais pas quoi faire de ma journée ! Et puis, si Alan m'entend gueuler, il risque d'être triste ou fâché ou ... Ou de faire sa bouille trop meugnonne et au final je me retrouverais à remplir des dossiers. C'est une hypothèse très probable. Quoi que ... Ce soir, bientôt du moins, je tiens ma revanche. Il a promis. Et puis, si je ne peux pas le forcer en faisant une bouille meugnonne que chez moi ça fait peur, shit à la fin, comment je peux ?
....
Eh bah tu lui fais le regard "je suis ton pèèèère mentor accompagneuh moi ou jte boude pour le restant de mes jours", et en général, ça marche. Je dis en général, parce que sur des gens qui ne sont pas Alan, ça peut échouer. Mais si c'est pas Alan, j'en ai strictement rien à foutre donc ... Donc voilà.
Puis bon, c'est juste une soirée, hein, c'pas comme si y avait toute la Dispatch ... Y manquera au moins le piaf, c'est ça qui rassure ! J'aime emmerder Alan comme ça, c'est pas possible combien c'est amusant. Mais passons.
J'ai passé toute la journée à me préparer. Et celle d'avant aussi. Ouais, c'est pas que j'accorde de l'attention à mon look magnifique mais fallait bien une excuse pour pas se pointer. (Parce que apparemment, selon Mossieur Spears j'ai ma Death Scythe dans le c'l, l'explication "je suis tombé de mon lit et jme suis foulé un cheveu, du coup j'ai dû aller en urgence à l'hosto chercher de la pommade", ça tient pas et c'est ridicule. Il sait combien de temps j'ai passé à la chercher, celle-là ? ) Donc. Petite leçon d'anatomie de Eric. Description de mes fringues, hein, jvais pas vous foutre mes mensurations non plus. Quoi que ... Ah non y a des mineurs, c'vrai. Puis ça intéresse pas. Bref.
Rien que pour ma superbe coiffure, j'ai bien passé ... Oooooh, trois~quatre heures dessus ! Vu que je me suis refait une teinture blonde, on arrive facilement à dix heures de travail ENORME et acharné pour ce résultat parfait ! (Qui ressemble à s'y méprendre à ma coupe de d'habitude, mais osef, j'ai envie de dire.) Ensuite ... Chemise noire, pantalon noir, pas de cravate, une montre, mes lunettes ... Eeeerh des chaussures aussi, et pi un brin d'Erica à la boutonnière. Faites pas chier, c'est de la buyère, je sais, mais c'est pour Alan ... Ce serait compliqué si je devais m'expliquer, donc vous allez vous contenter de "c'est pour Alan". Après, que vous dire ... J'ai la chemise ouverte de trois boutons mais ça, ça change pas de d'habitude ... Ah et puis j'ai nettoyé mes lunettes et j'ai pas une tête "je vais te buter dans trente secondes ! " Non, pour une fois même, je vais chercher Alan avec le sourire ... Ou tout du moins, sans donner l'impression que je suis un serial killer pédobear qui cherche à le kidnapper pour lui offrir des sucettes. Bref.
C'est calme, les couloirs de la Dispatch, quand y a personne dedans ... Surtout vers chez Alan, en fait ... Ah, déjà sa porte ? Le trajet passe vite quand on se cause à soi-même ... Sifflotant légèrement, je toque.
Oh, une porte qui s'ouvre ! Oh, un Alan ! ....
Oh, un Alan qui ... Qui ... Qui veut pas venir ... Ne peut pas ....
...
Quand on s'appelle Eric et qu'on entend ça, on a qu'une réaction. Se rapprocher encore de lui, se baisser en mode je suis inquiet, et je le suis, et tenter de le regarder dans les yeux. Sans l'engueuler. Mais je flippe. Il est incapable de venir ? C'est ... C'est ... Ca me fait peur, excusez si vous me croyiez sans peur, mais j'aurais toujours une angoisse au fond de moi pour Lui.


"Alan .... Que ... T'es mal, c'est ça ? C'est ...? "
J'hésite sur le mot. Il comprendra, il est pas con quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 71
Date d'inscription : 30/06/2012
Age : 23
Localisation : Tu vois le grand blond baraqué? Ben tu regardes à côté en baissant les yeux

Identité
Race: Shinigami
Place dans la société:
Un contrat ? Avec qui ?:
avatar
Alan Humphries
MessageSujet: Re: Oui, non, peut-être °w° [Eric]   Ven 1 Fév - 13:22

Hm j’aurais dû m’exprimer autrement en fait. Mais comment ? Je n’allais pas non plus le laisser sans réponse et rester sur le pas de la porte à le regarder sans rien faire. Il se serait sans doute encore plus inquiété si j’avais réagis de la sorte. Mais bon, il était déjà en train de s’inquiéter, chose que pourtant j’avais voulu éviter. Faut croire que j’ai lamentablement échoué. Non, c’est même certain. Je le sens se rapprocher, et me retiens de faire un pas en arrière. Non pas que je ne l’aime pas, n’allez pas croire une chose pareille, et encore moins que j’ai peur de lui, c’est simplement que me connaissant, je vais une fois de plus me mettre à rougir et que je n’ai pas la moindre envie qu’il le remarque et qu’il me demande ce que j’ai. Ce serait légèrement dur à lui expliquer.

Quoiqu’il en soit, il faut avant tout le rassurer, c’est le principal non ? Je relève légèrement la tête et croise son regard beaucoup plus vite que je ne l’avais pensé, pour la simple raison qu’il s’était baissé sans que je ne le remarque. …C’est fou comme son regard peut être rassurant. Là maintenant si on me demandait d’aller à cette soirée, je répondrais oui sans trop d’hésitation. Sauf qu’une fois que son regard aura quitté le mien…Je freinerai des quatre fers pour ne pas y aller. Et ça m’étonnerait qu’il accepte de me regarder constamment pendant la soirée. J’oserais déjà pas le lui demander en fait. Soit, je ne pouvais pas le laisser s’inquiéter plus longtemps, du coup je secouai légèrement la tête

« Non, non ! Ce n’est pas ça, c’est…. »

Je fronçai légèrement les sourcils, réfléchissant à comment formuler la suite de la phrase. Non je n’avais pas envie de lui sortir ça comme ça, de peur qu’il se moque de moi, bien qu’il ne l’ait encore jamais fait, et qu’il ne le ferait sans doute pas, j’en avais quand même peur. Oui pour le moment j’avais plutôt honte de ma personne, bien que ça ne change pas grand-chose de d’habitude. A vrai dire, comment pourrais-je faire autrement alors que je ne suis même pas capable de parler librement à la seule et unique personne à qui je tiens ?

« C’est mentalement, je suis ridicule, mais…Mais y a trop de monde. »

Bon la phrase restait ridicule en soi mais tant pis, une nouvelle fois je préférais lui répondre plus vite que de le faire attendre et lui dire quelque chose de bien formé et de réfléchit. Soit, rien que de penser au nombre de personne qui pouvait se trouver potentiellement à la soirée, je réprimai à moitié un frisson, me retenant par la même occasion d’aller me réfugier dans les bras du blond. Parce que oui, là j’ai juste envie d’aller me mettre contre lui, ce qui m’empêcherait de penser à cette fichue soirée, et surtout arrêter d’avoir peur inutilement.

Mais à défaut de ne pas pouvoir faire ce que je veux, je me contente de me triturer une nouvelle fois les mains. Ca me rend peut-être encore plus ridicule, mais tant pis, j’ai besoin de faire quelque chose avec mes mains, de les occuper d’une manière ou d’une autre. Parfois quand ça me prends, je me mets à tout ranger, même si généralement le bazar c’est pas vraiment ce qu’il y a dans ma chambre, mais c’est très pratique de ranger pour s’occuper les mains. Et l’esprit aussi par la même occasion. Soit. Ici, vu que je n’allais pas non plus me mettre à tout ranger alors qu’Eric était là…j’avais dû trouver autre chose.

« Je…Je sais que je t’ai promis d’y aller mais… »

Mais je sais pas. Autant laisser la phrase en suspens, il trouvera bien une fin qui lui plait non ? …Bon d’accord, s’il me demande, je trouverai quelque chose. Mais pas tout de suite. Parce que en plus maintenant je commence à stresser vis-à-vis de la réponse qu’il va donner. Pourquoi je lui avais promis une telle chose moi ? C’était parfaitement ridicule, je savais très bien que j’étais tout simplement incapable de tenir cette promesse. …Ou alors qu’il faudrait m’y trainer de force. J’espère simplement qu’il ne va pas décider de faire ça. Quoique, je ne pourrais rien faire contre, ni même lui en vouloir. Parce que….Parce que c’est tout simplement impossible de lui en vouloir après tout ce qu’il a pu faire pour moi, voilà tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 13
Date d'inscription : 25/01/2013
avatar
Eric Slingby
MessageSujet: Re: Oui, non, peut-être °w° [Eric]   Mer 20 Fév - 13:41

J'ai peur. C'est con, hein. Mais si jamais il devait me dire que il avait encore choppé une ... Une attaque quoi, je crois que j'allais aller gueuler auprès de Spears en disant que les livres de la bibliothèque et les dossiers que remplissait et lisait Alan étaient foncièrement mauvais.
En plus, c'est pas total faux, les dossiers et les livres, c'est pas bon pour la santé, ça a été prouvé par mon génie glandeur. Ok, retournons à nos Alan, ça vaudra mieux, il me semble. Non mais franchement, vous croyez que il m'est impossible de ne pas m'inquiéter ? C'est ma faute si il est dans cet état, si ça se trouve ! ... Dans ce cas, je serais moi, j'irais me frapper contre un mur jusqu'à ce que je sautille de partout plein de sang. Quoi que ....
... Wait. Wait wait, mon cerveau, il va parler. Et quand Alan parle, bah c'est simple, on se la ferme ! Sinon, je promets que, celui qui ose l'interrompre je l'envoie valdinguer par dessus la rambarde d'un pont paumé en France.

J'observai son visage, ses traits. Pour une fois, il n'avait pas l'air extrêmement fatigué qu'il aborde après des petits problèmes strictement personnels que vous avez rien à voir avec ça. Pour une fois, il avait simplement l'air MODEREMENT fatigué. Quoi que ... Mais moins que d'habitude. Les sourcils qu'il fronça ajoutèrent une raison de m'inquiéter à mon tableau de preuves que Alan est pas bien. Quand il les fronce, c'est GRAVE. Vous comprenez ça ? Graaaave.

Bon avec tout ça au final j'avais pas fait gaffe à ce qu'il me racontait, c'couillon hein ? La suite de sa phrase m'aida. En me distrayant de ses sourcils aussi, c'pas mal.
.... Trop de monde. NOOOOOON, TU CROIS ? Arf, pardon, pardon. Mais c'est vrai que y avait pas mal de gens qui allaient venir et donc, il fallait que j'en conclus quoi ? Qu'il était agoraphobe ? (oui je sais le sens de ce mot et l'écrire correctement, ça vous étonne hein ? ) Que il aimait pas les trois quarts de la Dispatch ? Venant de lui, la première solution semblait mieux à vrai dire. Alan ne semblait pas détester de personne, à mes yeux. Enfin, si, il aurait pu me détester moi et ç'aurait été la pire chose de ma vie. Qui je crois se serait rapidement arrêtée, non mister cerveau qui ne sert strictement à RIEN ?

Pourquoi il se triture les mains comme ça, mon Alan ? C'mon Alan, oui, sauf dans un cas très spécial où il aurait quelqu'un dans sa vie. Là encore ma vie se solderait je crois. J'arrive pas à l'imaginer ... Bref. C'mon Alan et y a rien à y redire. Je me redresse un peu sur ses derniers mots, prenant ses mains un court instant pour les séparer et lui empêcher de s'arracher la peau. Non mais on dirait que c'est ça, j'y peux rien ! En le regardant, je souris un peu. J'ai vraiment flippé sur le coup.


"Tu sais que tu m'as fait peur, quand même ? J'ai cru que ... Je me mords la lèvre rapidement, pour pas dire de conneries, et reprends.Peu importe. T'es pas obligé de tenir toutes tes promesses envers moi Alan ... Jvais pas t'y tirer si tu veux pas hein. "

Je pris une de mes mèches de cheveux pour la tripoter, style 'tu crois que moi je tiens toutes les promesses que je fais aux autres ? ' Et puis je les tiens mes promesses, du moment qu'elles impliquent pas des dossiers ou lui faire du mal ! Et aussi du moment que je suis dans un bon jour et pas trop fatigué, que Spears me fait pas chier ...
Ok, je les tiens RAREMENT. Mais là on parle d'Alan, oui ou merde ? Et on peut pas lui en vouloir à lui. Il est trop mignon mignonnément. Mais si, mais si ça existe.


"Et tu devrais arrêter de te tripatouiller les mains comme ça, on dirait que tu veux te mutiler. L'idée d'un Alan qui se mutile est pire que celle d'un enfermement à vie dans mon bureau à bouffer de la nourriture dégueulasse pour remplir mes dossiers en retard. Et personne ne veut que tu te mutiles, ou que tu aies mal.

En soupirant, je m'adosse contre le mur à coté de sa porte, allant presque sortir une clope. Jusqu'à ce que je me souvienne que, en fait, fumer, c'pas la meilleure chose à faire à coté de lui. Pas du tout. Boooon, lâche ce paquet, Eric, et souris. Quoi, t'as pas arrêté depuis taleur ? C'est bien, tu t'améliores.

"Si on y va pas, je tiens quand même à passer la soirée avec toi, hein ! " C'pas marrant sinon d'aller seul à une soirée où y a que des gens chiants. Je préfère rester avec lui, quoi qu'il fasse. Ou qu'il ne fasse pas d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 71
Date d'inscription : 30/06/2012
Age : 23
Localisation : Tu vois le grand blond baraqué? Ben tu regardes à côté en baissant les yeux

Identité
Race: Shinigami
Place dans la société:
Un contrat ? Avec qui ?:
avatar
Alan Humphries
MessageSujet: Re: Oui, non, peut-être °w° [Eric]   Ven 5 Avr - 10:55

Bon. Osons le regarder au moins, c’est pas comme si soudaiiinement rien qu’en le regardant j’allais retrouver pétrifié, mort, ou je ne sais pas trop quoi d’autre. ( Non ma culture n’est absolument pas influencée par un certain binoclard.) Non mais ce n’était pas si compliqué que ça quand même de relever la tête de deux centimètre pour le regarder en plus. Et puis il n’a pas l’air non plus fâché/exaspéré.jesaispasquoidautredenouveau de ce que je viens de lui annoncer. Oui pour moi ne pas tenir la promesse relevait un peu de la fin du monde. Tout simplement parce que je hais ne pas tenir quelque chose que j’ai pourtant dit que j’allais faire. Mais allez dans un endroit plein de gens que je ne connais pratiquement que de vue, très peu pour moi. J’ai déjà du mal à aller parler à quelqu’un que je ne connais pas quand on se retrouve seul dans la même pièce.

Je sais que ce n’est pas comme ça que je vais réussir à élargir mon cercle d’amis mais…mais c’est pas comme si c’était indispensable. Je suis très bien tant qu’Eric est l. de toute façon, je ne sais même pas si je serais capable de faire confiance à quelqu’un d’autre que lui. J’admets que si l’on ne me l’avait pas attribué comme mentor, je ne serais sans doute pas allé vers lui. Au final, ne pas avoir été mis en binôme est une bonne chose. Et puis d’un coup, mes mains se séparent pour en retrouver d’autres. Bon d’accord, il n’a fait que les prendre pour les éloigner l’une de l’autre, mais il m’a quand même prit les mains. Malin, maintenant je ne vais plus avoir envie de les laver.

J’aurais bien voulu les garder plus longtemps, voir même le retenir, mais j’aurais une fois de plus trop peur qu’il ne le prenne mal. Et je ferais même mieux de l’écouter là pour pouvoir lui fournir une réponse autre que « je te fixe d’un air abruti parce que je t’ai pas écouté pour la simple raison que tu as pris ma main et que je réagis comme une ado pré-pubère de 13 ans et qu’on peut parier que quand tu seras parti et que je vais y repenser je risque de faire un semblant de gloussement. »

« Je….Je ne voulais pas que tu m’en veuilles et…et…j’ai pas envie non plus que tu… »

Perdes la confiance que tu as en moi ? C’était à la bse ce que je comptais dire, mais au final, qu’est-ce qui pouvait bien me prouver qu’il en avait ? Non, pas que je sois en train de le critiquer, mais après tout, il faisait peut-être ça simplement par pitié, chose que je comprendrais tout à fait, après tout, vu déjà comment je réagis quand on me dis que je vais simplement me rendre à une soirée…Et puis il a certainement bien remarqué qu’il était le seul à qui je parlais spontanément donc, je reprends, s’il fait ça, ça pourrait très bien être par pitié.

« -Erh…C’est rien, oublie… »

Oui, ça vaudra sans doute mieux. Et voilà que je me remets à triturer non pas mes mains mais un bout de chemise. Non, je ne suis absolument pas incapable de laisser mes mains tranquilles dans un tel moment. Sauf que j’arrête assez vite face à ce qu’il dit. Oui savoir qu’il n’aime pas ça est plus fort que de continuer. Me mutiler ? Si seulement il…Non je vais me taire, sait-on jamais qu’il ait réussit à développer la capacité à lire dans les pensées. …Quoique, j’espère que non. Au final, je sorti un léger sourire bien que j’imaginais parfaitement qu’il n’y avait aucune lueur de joie dans mon regard.

« Ca…Ca reste à voir »

Je continuai durant un moment de ‘sourire’ avant de lâcher totalement le bout de chemise que j’avais en main, contemplant cette dernière durant un bon moment pour aucune raison particulière. C’est dans ce genre de moments que j’aimerais le plus avoir un chat ou n’importe quelle chose pelucheuse à prendre dans mes bras et pouvoir y enfoncer ma tête tranquillement en oubliant tout. Sauf Lui bien sûr. Ceci dit, ce qu’il dit arriva à me convaincre que dans l’immédiat, je n’en aurais peut-être pas spécialement besoin. Et ça me fit aussi remarquer que à part l’avoir invité à entrer, je ne lui avais même pas proposé de s’asseoir ni quoique ce soit d’autre. Mais d’abord, admiration de plusieurs minutes devant Eric le Dieu vivant qui me pardonne mes péchés promesses non tenues.

« Eh…Vraiment ? Ca ne te dérange pas de rester ici ? Enfin, on peut aller autre part si tu veux, mais je dois bien avoir quelque chose en réserve…Mais tu veux quelque chose à boire ? Et puis, fais comme chez toi, ne reste pas debout, va t’asseoir si tu veux ! »

Bon et penser à respirer serait une bonne chose aussi. Ce serait ballot de se retrouver à moitié dans les vapes à cause de ça alors qu’il a peut-être soif voir même faim. Oui sa santé passe bien avant la mienne. Même si en y réfléchissant, on peut dire qu’il a moins de choses à craindre que moi à ce niveau-là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 13
Date d'inscription : 25/01/2013
avatar
Eric Slingby
MessageSujet: Re: Oui, non, peut-être °w° [Eric]   Mer 17 Avr - 13:50

Bon. Après ses mains, il se mettait à tripatouiller sa chemise. Ce qui risquait de l'user particulièrement. Après, il risque de se retrouver totalement à walpé. Eric, enlève toi TOUT DE SUITE cette idée de la tête. T'es dégueulasse, franchement. Bref. Au moins, il s'arrête un peu ... Dommage pour moi ? ... J AI DIT STOP. Action, réaction. Je sais me contenir. Sauf en face de l'autre abruti de Spears et son piaf maléfique porteur d'heures sup. God que je hais les pigeons. C'est moche, ça sert à rien à part à se déguiser en trucs mignons. Et à vous fienter sur la tête. Bref. A rien.
Mais Alan c'est pas un piaf qui vous fiente sur la tête. Ce serait ridicule d'ailleurs ... Alan, il est mille fois plus mignon et plus adorable qu'un pigeon. Ok, je me tais. Trop adorable ... Vraiment, vraiment. Un jour je devrais le forcer à mettre une robe et des trucs cromimi sur lui, et voir à quel point il peut atteindre le licorne level sur l'échelle de la mignonitude...
C'est possible. Chut.

Je remarque un truc, d'un coup. Il sourit. Oui, il sourit. Et il est bien plus triste que jamais. Cherchez l'erreur. Ah, à moins que ce soit un reflet sur ses lunettes ! ... Non, définitivement, il est triste. C'est à cet instant que j'ai envie de le prendre dans mes bras, et le bercer, comme un gamin. Que j'en rêve aussi. Un truc aussi fragile et ... Et doux, comme l'évidence au milieu de la connerie, une étoile qui éclaire le ciel nuageux. Brillante et pâle. Seule aussi. J'aimerai qu'il ne soit pas ... Ainsi. Aussi distant. Oui, distant. Malgré qu'il me parle, qu'il semble avec moi, au fond je sais bien qu'il pense à autre chose qui le taraude au fond de lui-même !
Je sais. Je le connais. C'mon Alan-plus-mignon-qu'un-pigeon. En soupirant, écoutant à peine ce qu'il me dit, je m'approche, et lui replace une mèche brune derrière son oreille.
'Non non mais jvoulais juste te recoiffer, hein, surtout pas rester près de toi, nooooon.' J'adore cette excuse bidon qu'il croit tout le temps.


"Alan ... "

Je souris, et au moins mon sourire, lui, doit paraître sincère. Je suis ... Inquiet et heureux. Inquieureux. Premièrement, il est à coté de moi... Enfin près de moi. Ca me rend heureux, ça. Et inquiet parce que j'ai l'impression qu'il ne respire pas. Je passe ma main devant son visage, cherchant son souffle ... Oh, du vent ! Bon, tout va bien.

"Tu respires encore ... ? "

Non non abruti, il danse. Bien sûr que oui, il respire. T'éloigne pas. T ELOIGNE PAS J'AI DIT. Et merde, pourquoi je m'écoute ... Ah oui, il faudrait que j'arrête de me dédoubler dans mes propres pensées, c'est vraiment pas bon pour moi, jvais finir comme Grell. Et même le piaf sait que je ne souhaite en aucun cas ressembler à l'espèce de travelo rouge. Qu'importe. Je me suis récarté de trente centimètres et il est trop loin. J'hésite à tendre les bras en chouinant et en faisant 'CALIIIIIIIIIIN' mais ça risque pas de faire très très viril et Eric. Donc exit l'idée de merde. Je viens de me rendre compte que l'on m'avait posé une question.
Fuck, et j'ai pas écouté ... Ah si. Il me disait que ... Que ... Bref. On va répondre au pif.


"Non, merci, t'inquiètes pas ... "

Je le regarde, inclinant un peu la tête pour essayer de mieux le voir. Mine de rien, plus je passe du temps en sa compagnie, plus je trouve qu'il est mignon et petit. Pour le premier point, je vous l'ai déjà répété une dizaine de fois je sais. Et alors ? Tripatouillant mes lunettes pour les remonter, je fais mine de réfléchir. Fais mine, hein, la réflexion, c'pas mon truc. J'ai envie de le stalker de questions ... C'est interdit par la loi, là ? Je crois pas. C'est parti ! ...
Bon faudrait peut-être que je trouve des questions. Soupirant, toujours avec mon sourire qui doit fait peur aux lèvres, j'ai soudain une illumination. Si on était pas ici, j'aurais une superbe ampoule qui s'allumerait au dessus de mon crâne teinturé. Fuck la vie, ça existe, teinturé.

"Alan ? J'ai une question un peu délicate à te poser ... "

Oh, on se calme dans ma tête. Je suis une licorne, calme Eric, calme. Tu n'es pas un lapin radioactif qui vole. Tu es une licorne. Et tu ne vas sûrement pas lui demander ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 71
Date d'inscription : 30/06/2012
Age : 23
Localisation : Tu vois le grand blond baraqué? Ben tu regardes à côté en baissant les yeux

Identité
Race: Shinigami
Place dans la société:
Un contrat ? Avec qui ?:
avatar
Alan Humphries
MessageSujet: Re: Oui, non, peut-être °w° [Eric]   Mer 17 Avr - 18:18

Cinq minutes et vingt-quatre secondes. C’était le temps qui était passé depuis que l’on parlait, et j’avais déjà réussi à tout mettre en l’air. Non mais ce n’était pas comme s’il n’allait pas remarquer ce sourire que je ne trouvais même pas moi convainquant, alors que je ne le voyais même pas. Pourquoi fallait-il que à chaque fois je fasse tout voler en éclats ? Sans doute à cause de cette fichue tendance à être dépressif qui ne veut pas me lâcher un seul instant, me forçant à ne voir que les côtés négatifs de moi-même, à me dénigrer sans cesse et à causer ma propre solitude.

Et qui m’empêche de voir qu’Il s’est rapproché, me faisant presque sursauter lorsque je sens qu’on remet une de mes mèches en place. Quoique pour le dernier point, c’est la faute à la paranoïa. Je sens mon cœur se calmer petit à petit, se remettant de la peur causée un peu avant, alors qu’une fois de plus, mes joues se remettent à imiter des tomates. Je sais que je me plains souvent du fait que je sois pâle, mais quand même. Ce serait bien d’éviter de rougir à tout bout de champ aussi. Le pire, c’est qu’il pourrait penser que ça me gêne, mais que je n’ose rien dire pour ne pas le vexer. Bien sûr que ça me gêne dans un sens. Ca me gêne tout simplement parce que j’aimerais bien qu’il le fasse plus souvent mais seulement je n’ai pas la moindre once de courage pour lui avouer ne serait-ce que le centième de ce que je ressens pour lui.

Et puis je vois sa main…devant ma tête, allez savoir pourquoi. Je lève légèrement un sourcil, quittant enfin ce sourire pour mettre un air interrogateur sur mon visage. Qui disparut lorsqu’il posa sa question. Si je respirais ? A vrai dire, je ne me posais absolument plus la question depuis des années. Je ne voulais même pas y prêter attention. Je prête nettement plus attention au fait qu’il se soit éloigné par contre. Pourquoi n’était-il pas resté là ? J’étais nettement mieux en le sentant près de moi. J’esquisse un pas en avant, mais au final, ne fit strictement rien. Aha. Dire que j’espère un jour pouvoir aller me blottir dans ses bras, alors que je ne sais même pas m’approcher d’un pas de lui dans un moment comme celui-ci.

Je repense à toutes ces personnes m’ayant déjà posé la question du « Y se passe quoiii entre toi et Slingbyyy ? » avec un sourire goguenard généralement. Ou alors c’est simplement moi qui le vois comme ça, possible aussi. Mais soit, là n’est pas la question. Plusieurs personnes ont visiblement à la Dispatch remarqué que notre proximité pouvait être ambiguë. Pourquoi pas lui ? Pourquoi cette idée n’a pas l’air de lui effleurer l’esprit ? Pourquoi ne peut-il pas entendre ce que lui crie mon cœur et mes pensées ?

« -Eeh…D’accord. »

Et je reste planté là, mettant cette fois-ci mes mains derrière mon dos, me remettant à les triturer. Il faudrait un jour que je me débarrasse de ce tic. Mais pas aujourd’hui. Après tout qu’étais-je censé faire, s’il ne voulait rien à manger/boire et ne semblait pas avoir spécialement envie de s’asseoir ? Alors je reste debout et me re-triture les mains plus ou moins à son insu. Et j’ai de nouveau cette envie de pleurer qui vient, me forçant à baisser légèrement la tête, n’ayant pas la moindre envie qu’il ne le remarque. Je n’ai pas envie qu’il le prenne mal, après tout, ce n’est pas après lui que j’en ai, c’est après moi-même.

Heureusement, il revient à la charge avec ses questions, m’ôtant le poids de devoir chercher quelque chose à dire ou à faire.

« -Je t’en prie, au pire je ferai semblant de n’avoir rien entendu. »

Bieeen, cette fois-ci, j’ai réussi à lui sortir un vrai sourire, c’est magnifiiiiique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 13
Date d'inscription : 25/01/2013
avatar
Eric Slingby
MessageSujet: Re: Oui, non, peut-être °w° [Eric]   Lun 22 Avr - 11:54

Alerte, alerte, alerte ! Je croyais en avoir fini avec le tripatouillage de mains mais finalement nan, hein. Je sais qu'il les mets derrière son dos pour se remettre à les ... A les tripoter, oui. J'ai un vocabulaire tellement étendu que mes phrases veulent souvent rien dire et tournent en rond. Je suis blond, après tout. Enfin pas vraiment mais ... mais au fond on s'en fout, Alan est plus important qu'une foutue couleur de cheveux. Alan est plus important que tout, si vous suivez mon raisonnement que j'étale sur plusieurs années-lumière noire-chocolat-prince licorne en tutu. Ceci étant une unité propre à ma personne.
Revenons-en à Alan.
Je sais qu'il me refusera jamais une question. Pas qu'il soit joueur, encore que ... Non. Non, mais il peut simplement pas me refuser que je l'interroge. C'est contre ses principes de 'j'obéis à Eric que j'adore et que lui aussi il m'adore et que je lui désobéirais jamais et qu'il est parfait', une secte que j'ai fondé.

Ok, j'exagère. Si il savait ce que je fais pour lui, nul doute qu'il m'engueulerait pour la première fois de sa vie ... Mais là n'est pas ma question. Je sais qu'il est gêné que je sois là, resté avec lui. Et alors ? Je n'ai pas à lui avouer que si je pars, je vais tourner en rond dans ma chambre en frappant dans les murs.
J'me suis fait remarquer y a pas si longtemps, à cause d'âmes qui disparaissaient, et toussa toussa. C'est dommage, mais j'ai dû mettre mon activité extra-bureaucratrique (chu même pas sûr que ça se dire ce truc) entre parenthèses.
En espérant que quand tout sera calme, Alan sera encore là ...

Je n'ose plus parler, maintenant. Je sais qu'il attend ma question. Je sais que je l'attends aussi. Sa réponse. Comme une gifle. J'espère pas, je sais que c'est con l'espoir. C'est comme penser, ça vous détruit bien plus que ça ne vous aide. Alors je pense pas et j'espère pas. Sauf pour le sauver, mais là encore, c'est un espoir qui ne m'est pas destiné.
Je me penche vers lui, en soupirant, à la limite de l'enlacer. Amis du quiproquo ou du 'tu dessines quoi là ? -Bah un visage -on dirait autre chose' etc ... Je ne tente pas de le prendre dans mes bras.
Je passe juuuuuuste mes bras autour de lui pour arriver dans son dos et lui détacher les mains. Et cette fois, plus question de les lâcher. Non, c'est pas que je veux profiter. C'est ... C'est comme ma position actuelle, plein de sous-entendus, de détours et autres trucs foireux dont j'ai pas envie de parler.


"Tss ... Alan, arrête avec tes mains, ça me stresse franchement quand tu fais ça, tsais ? "

Bien, évite la question, évite, t'as raison ! T'es trop fort moi-même, tu veux que je te le dise ? ... Eh oh, Eric ...Eriiiiic, arrête de le regarder comme un abruti simplement parce que t'es à la limite de lui faire un câlin (mais tu peux reconnaître que ce serait bien, ça, t'as le droit, c'est dans la constitution des violeurs psychopathes qui ressemblent à des nounours et qui ont un tatouage dans le dos).
... Non, tu veux pas ? Putain, c'est chiant d'être une conscience ... Allez, pose ta question et fais plus chier. Et surtout, arrête de penser à vouloir des trucs à tout prix. C'que c'est galère de partager le même cerveau que toi ....

Je secoue cependant la tête pour me remettre les idées en place, et je t'emmerde la conscience. Peu importe. Hein, quoi, le lâcher ? C'est pas dans mes idées, non ... Des fois qu'il tenterait de se faire la malle ...


"Eh bien ... Erh ... disons que y aurait des rumeurs qui courraient comme des abrutis de petits papiers avec des jambes ... Et que les rumeurs diraient que t'as quelqu'un en vue ... ?"

Alors là, plus éléphantesque et con que ça, on fait pas, je peux me rassurer. C'est génial, absolument. Si je réfléchissais un peu, je sais qu'il me l'aurait dit, hein. Mais la réflexion, c'est pas mon fort, je l'ai déjà mentionné une bonne centaine de fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 71
Date d'inscription : 30/06/2012
Age : 23
Localisation : Tu vois le grand blond baraqué? Ben tu regardes à côté en baissant les yeux

Identité
Race: Shinigami
Place dans la société:
Un contrat ? Avec qui ?:
avatar
Alan Humphries
MessageSujet: Re: Oui, non, peut-être °w° [Eric]   Mar 23 Avr - 20:33

Qu’est-ce qu’il allait bien pouvoir me demander ? Je n’en avais pas la moindre idée. Bon, je pourrais toujours essayer de deviner. Ca ne devait pas être quelque chose que je qualifierais de stupide ou d’inutile vu qu’il m’a dit que c’était quelque chose de délicat. Et à moins qu’il ne compte me faire je ne sais quelle blague, je pense que ce soit quelque chose de sérieux qu’il s’apprête à me demander. Maintenant dans quel domaine, je n’en sais strictement rien. Et là, c’est plus difficile à deviner. Donc il suffit d’attendre sa réponse. S’il se décide à la poser.

Sauf que, alors que je m’attendais à ce qu’il ouvre simplement la bouche pour prendre la parole, il se pencha vers moi, et comme d’habitude lorsque le-blond-baraqué-que-tout-le-monde-devrait-aduler-parce-qu-il-est-trop-fort-et-dépasse-tous-les-Shinigamis se rapproche un peu trop près de moi, j’arrête de respirer, comme si cela suffirait à le faire partir. Et je commence à espérer. Je sais que c’est stupide, que je risque une nouvelle fois de retomber sans savoir si oui ou non je me relèverai cette fois-ci. Mais je ne peux quand même pas m’en empêcher, autant en profiter tant que j’en ai l’occasion non ? Si ça se trouve, elles auront fini de m’achever d’ici demain matin. Bien que je ne trouve pas vraiment ça très plausible vu que je n’ai pas fait de crises ces derniers-jours. Mais autant ne pas crier victoire trop vite.

Soit, il me reprend les mains et cette fois-ci ne les relâches pas aussi vite qu’avant. Comment voulez-vous que dans ces conditions, je me concentre correctement ? Comment veut-on que je l’écoute ? Je le vois juste bouger les lèvres, mais tout ce que je fais, c’est faire une fixation dessus sans me demander ce qu’il pourrait bien vouloir me dire. Mais une seule chose interrompt ma contemplation. La respiration. Alors je me remets doucement à respirer. Et je me rends compte que je devrais peut-être lui répondre aussi.

« -Eh…Je…Tu…Peux répéter s’il te plaît ? J’ai…pas vraiment…écouté…D…Désolé… »

Non mais répondre au pif, c’est pas vraiment mon truc. Autant lui dire la vérité toute suite, et cette fois-ci j’ai intérêt à l’écouter. Tout en l’observant bien évidemment. Ne pas le faire serait impossible. Et ne pas noter le fait qu’il me tient toujours les mains l’est tout autant. Il est nettement plus proche qu’il y a quelques minutes, il me suffirait, et ce n’est pas l’envie qui me manque, de faire semblant de tomber pour une raison débile, pour me retrouver à moitié sur lui. Mais je n’en aurai jamais le cran.

Eh…C…C’est quoi cette question ? C…Comment est-ce qu’il a entendu ça ? Ou plutôt, de qui ? Et surtout, il sait qui j’ai en vue exactement? J’ai de nouveau envie de me triturer les mains, mais c’est tout simplement impossible. Alors je me mets à fixer le sol, comme s’il pouvait m’aider à trouver une réponse. Qu’est-ce que je pourrais bien dire ? Ce n’était pas comme si j’avais le moyen de m’échapper.

Et si je le lui disais tout simplement ? …Jamais. Pourquoi ? Parce qu’il y a trop de chances pour qu’il me rejette, et qu’il n’ait même plus envie ne serait-ce que de me regarder. Et sans lui…Sans lui je ne pourrais strictement rien faire. Je ne veux même pas y penser. Se retrouver une fois de plus seul, sans personne à qui pouvoir se raccrocher, je ne pourrais plus le supporter. Surtout le perdre Lui. Mes bras me démangent pour la je-ne-sais-quantième fois de la semaine. Mais les mettre à découvert devant Lui…Une nouvelle fois je ne veux pas y penser.

Je me rends compte que ma respiration est totalement irrégulière et que à défaut de ne pas pouvoir jouer avec mes mains, j’ai légèrement serré les poings. Bon. On se calme. Il n’y a pas de raison de réagir de cette manière. …Quoique, moi je trouve que si. Mais je n’ai pas spécialement envie qu’Il le remarque. Bien que c’est un peu trop tard maintenant. Tant pis. Je finis par relever les yeux du sol, pour le regarder une nouvelle fois.

« -T…Tu n…ne me laissera j…jamais seul hein ? J…Je ne v…veut plus j….jamais re…vivre…ça… »

Et vasy que je prenne les mains d’Eric à tripatouiller à la place des miennes parce que je risque de réellement péter un cable si je ne le fais pas tout de suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 13
Date d'inscription : 25/01/2013
avatar
Eric Slingby
MessageSujet: Re: Oui, non, peut-être °w° [Eric]   Mer 24 Avr - 9:46

Bon. Calme toi Eric. Calme ... j'ai dit calme, bordel. C'est pas parce qu'il a serré les poings et UN PEU oublié de respirer que faut en conclure que ton geste le fait chier, voir qu'il te hait. Putain t'es con, je serais toi, je crois que c'est même le contraire. Oh, wait. Je suis toi. Je suis toi et t'es moi ... Enfin si ta conscience, que je suis, est aussi abrutie et gouvernée par son entrejambe que ton coté conscient, t'as du souci à te faire.

Qu'es-ce qu'elle peut m'emmerder cette putain de voix ... Peu importe. J'ai l'impression de le gêner. Sérieusement ... Il est rouge total. J'aurais visé juste avec ma question ? Ou alors c'est mon geste ? Ou les deux ? .... Merde merde. Il fixe le sol. J'aime pas quand on fixe le sol. Je hais ça. On dirait qu'on a quelque chose à se reprocher. Et je SUPPORTE PAS qu'Alan ait quelque chose à se reprocher. N'importe quoi.
...
Il a peur ...
Que je l'abandonne ? ... Il va pas bien ? Je ramène ses mains le long de son corps, sans les lâcher. Je suis pas total dingue. En même temps, faut dire que il a commencé à les tripoter hein, et il vaut mieux que ça m'atteigne plutôt. Ca me gêne pas du tout, ça. Ce qui me gêne, juste, c'est qu'il ait peur de ça.
Alors je décide de suivre mon instinct de violeur psychopathe Eric trop doué. Je baisse à peine la tête, et embrasse son front. Oui oui, je suis son ami, oui. C'est flagrant, là, non ?

Mon envie subite ? Continuer. Voir viser ses lèvres, cette fois. Mais bon, ne poussons pas trop loin, faut pas exagérer. Déjà que j'ai pas confiance pour sa réaction. Néanmoins, je recule un peu, avec mon sourire genre 'je suis heureux, un peu gêné mais je suis heureuuuuuux ! ' Ok, ok. C'est fake. Je suis gêné, et mortellement inquiet.


"Dis pas de bêtises, Alan, je te laisserai pas ... Je ... "

BIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIP. Temps écoulé, ferme ta gueule Eric. Lui dit rien, surtout, ne lui dit rien. Je secoue la tête, et rit doucement, m'écartant, alors que j'ai franchement l'impression de me briser le coeur en lâchant ses mains. Passant une dans mes cheveux, je détourne le regard. Faut pas qu'il voie ce que je ressens, mon envie de chialer. Un mec comme moi, ça chiale pas.
Ouais, par contre, continue ta phrase sinon il risque de se douter d'un truc bizarre. En me mordant la lèvre, je termine :

" ... Sais pas ce qu'il m'a pris."

Quelle connerie. Bordel, mais c'est pas la vraie chose que je voulais dire. Je t'aime, c'est mieux. Mais une fois encore, sa réaction me ferait peur. Il pourrait même faire une crise. Je sais pas pourquoi, ça serait improbable, mais qu'importe ! Je veux pas courir de risque.
En reposant mes yeux sur lui, je souris et m'efforce de ne pas raconter trop de la merde en rouvrant la bouche.


"T'as déjà vu le ciel depuis le ... toit, dis ? "

Je le choppe par le bras, en souriant et le tire vers les escaliers SENSES être condamnés. Je sais, je sais, faut pas mettre en danger un Alan. Mais ça le met pas en danger, d'aller voir les étoiles ? Je me suis jamais fait mal en allant sur le putain de toit, alors il se fera rien. Merde. Il risque de faire froid... Je lui passerais ma veste.
Et ma chemise.
Et n'importe quoi. Voir une couverture, si elle est toujours là où je l'ai laissée.
Tout pour qu'il ne m'interroge pas. Pitié. Je ne me sens pas bien, pas assez fort pour lui expliquer. Pour tout lui dire. Je ne veux simplement pas.
Aurais-je peur ? Peut-être.
La peur n'est pas un de ces trucs qu'un Eric comprend.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 71
Date d'inscription : 30/06/2012
Age : 23
Localisation : Tu vois le grand blond baraqué? Ben tu regardes à côté en baissant les yeux

Identité
Race: Shinigami
Place dans la société:
Un contrat ? Avec qui ?:
avatar
Alan Humphries
MessageSujet: Re: Oui, non, peut-être °w° [Eric]   Mer 24 Avr - 13:41

Arrête de stresser. Immédiatement. Il n’y a aucune raison de stresser après tout. Il ne m’a même pas lâché les mains, au contraire il les a gardées. C’est pas un signe ça ? …Un signe de pitié si ça se trouve. En comparaison avec l’animal le plus peureux de la terre que l’on puisse trouver, il ne doit pas pouvoir faire le poids face à moi pour le moment j’imagine. Je me sens même trembler. Moins que ces jours-là, mais il est évident qu’il suffirait qu’il me lâche pour que je le fasse de plus belle.

Sauf qu’il se rapproche et….Et tout s’arrête. Apu tremblements. Apu tripatatouillage de mains. Apu rien si ce n’est ce sentiment de sérénité, ce calme. Plus d’inquiétudes. Plus de voix pour faire une remarque désobligeante. Juste Lui. Alors je ferme les yeux et je souris doucement. Si ça se trouve, il a fini par comprendre. Si c’est le cas, je ne m’en plaindrai pas, bien au contraire. Quoiqu’il en soit, je rouvre les yeux quand il reprend la parole, le regardant avec espoir. C’est tout ce que je fais pour le moment, espérer. Espérer entendre ces mots de sa propre bouche. Trois maigres mots.

Mais au lieu de les entendre, il me lâche les mains, emportant au passage les 99% de l’espoir que j’avais. Il en reste un, maigre et solitaire, mais toujours présent. Qui fait tout ce qu’il peut pour briller de tout son éclat, comme le reflet du soleil sur une lame. Lame qui vient se mettre en face de moi lorsqu’il détourne le regard, et qui ne se gêne pas de me transpercer lorsqu’il répond. J’ai finalement trouvé quelque chose qui fasse plus mal qu’Elles.

Une nouvelle fois, tout s’arrête. La lame se retire. Mais pour laisser place à un froid glacial dans ce trou béant. Alors je me renferme sur moi-même, par automatisme. Je sais que ça ne durera que quelques minutes, je sens déjà un sanglot se coincer en travers de ma gorge. J’arrive néanmoins à afficher ce sourire que je haïs tant. Essayons au moins d’avoir l’air plus ou moins normal, voir heureux. Ou pas. Je sais pertinemment que je ne sais pas cacher mes émotions, mais tant pis. Autant essayer.

Et il reprend la parole, du moins je l’imagine vu qu’il bouge les lèvres. Mais je n’écoute rien, je n’entends rien même. A part un bourdonnement incessant plus qu’oppressant qui me donne juste envie d’aller me terrer sous mes couettes et de ne plus jamais en ressortir. Puis tout commence à bouger, il me tire à moitié à travers des couloirs, et mes jambes réagissent plus que machinalement alors que tout ce que j’arrive à faire de conscient, s’est fixer sa main.

Crétin. Comment ai-je pu penser un instant qu’il voudrait de moi ? Je ne suis rien. Strictement rien. Un boulet collant, pleurnichard dont il doit par-dessus-tout s’occuper. Il y a des centaines de personnes rien qu’à la Dispatch. Jamais son choix ne se serait arrêté sur moi. Ni celui de personne d’ailleurs. Mais les autres, ce n’est pas comme si je m’en souciais vraiment. Et oui, j’ai peur d’être seul mais je me fais quand même cette réflexion. Cherchez pas la logique.

Finalement, il s’arrête, sur le toit d’après ce que je peux constater. Je lève machinalement la tête pour voir le ciel, ce stupide sourire toujours collé depuis tout à l’heure au visage, même si intérieurement, strictement plus rien n’a l’air d’avoir de sens. Pourquoi il y en aurait après tout ? Tout était basé sur Lui. Absolument tout. Je pourrais très bien aller dormir et me remettre à espérer dès demain, mais je sais que c’est parfaitement impossible. « Je sais pas ce qu’il m’a pris. » Sans aucun doute qu’il regrettait son geste. Et je ne le blâme pas.

Je fais un pas en avant, je ne sais même pas s’il me tient encore ou non, toujours en regardant le ciel étoilé. Une étoile. C’est ce qu’il est au final. Ce qu’il y a de plus beau que l’on puisse trouver, avec toutes les qualités, mais inatteignable. Je m’avance encore, observant sans relâche les astres. Je n’ai encore jamais été ici, et on les voit nettement mieux que depuis la fenêtre de ma chambre. Ceci dit, je sors de ma contemplation arrivé au bord, et baisse cette fois-ci la tête. Je comprends enfin comment est-ce qu’on peut se jeter du haut d’un toit. C’est si tentant. Cela résoudrait tout après tout. Sauf quand on est un Shinigami. Je sais très bien que si je le fais, je m’en sortirai. Pas facilement peut-être, mais je m’en sortirai. Et tout ce que ça aura fait, c’est aller Lui apporter des ennuis. Et Leur faire plaisir. Elles savent très bien que je ne peux pas leur échapper. Que je peux multiplier tous les efforts, si je dois succomber, ce sera de leurs épines. Et ne pas sauter, me rendre à cette évidence, me fait nettement plus mal que si je faisais un pas de plus dans ce vide. Du moins, je l’imagine.

Alors je relève la tête et essaye de penser à autre chose, mais c’est bien trop tard. Je sens une larme quitter mon menton pour aller affronter le vide et s’écraser comme je voudrais bien le faire. Et les autres suivent son chemin, silencieusement. Je ne veux, et n’ose pas me tourner vers Lui. Je ne veux pas me montrer sous mon plus mauvais jour, même si je sais très bien que mes espoirs sont réduits en miettes. Je veux au moins qu’il ne garde pas une trop mauvaise image de moi. Dans le cas contraire, ma vie entière n’aura servi strictement à rien.

« -Un jour…Je serai l’une d’elle. »

Vœux complètement stupide. Mais j’y tiens. Quitte à ne pas avoir servi dans ma vie humaine et dans ma vie de Shinigami mortel, autant l’être quand la vie m’aura enfin laissé crever tranquillement. A moins qu’elle ne me réserve je ne sais quel autre cadeau empoisonné comme Elles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 13
Date d'inscription : 25/01/2013
avatar
Eric Slingby
MessageSujet: Re: Oui, non, peut-être °w° [Eric]   Mer 24 Avr - 14:59

Je croyais bien le connaître. Me serais-je trompé ? A peine l'ayant emmené, il se fout au bord. Je sais que son sourire est factice. Mais je le vois pas. Ne le vois plus. Il aurait des envies suicidaires, mon Alan ? Je sais qu'il est mortel, mais si il saute, il aura juste mal. Il se laissera pas mourir si facilement.
....
C EST QUOI LE TRUC QUI VIENT DE TOMBER LA ? C'est ... C'est ... Ok, j'en sais rien. Il se tait. Il se tait et je me sens seul. J'aurais jamais dû le lâcher, tout à l'heure. Pas après l'avoir embrassé. J'aurais dû rester avec lui, tout lui avouer.
Il pleure ? Pourquoi il pleure ? Je ne veux pas qu'il pleure. Sa voix me poignarde. Si douce. Innocente. Si blessée ...

Eric, Eric, Eric. Tu n'as jamais réfléchi aux conscéquences de tes actes, de tes mots sur lui ? Tu n'as jamais pensé qu'il pourrait lui aussi avoir des sentiments ? Un doute m'assaille, et vu que tu es moi, tu as le même. Le seul truc, c'est que vu notre niveau d'intelligence, on a la même réponse. On en a strictement pas.
Sa phrase me fait sursauter. Quand il parle, je me sens déchiré. Par la haine de ce que j'ai pu lui faire. Par la douleur aussi qu'il doit ressentir.

Doucement, je me rapproche, et l'attire. Pour pas qu'il tombe. Quitte à le serrer contre moi. Quitte à ce qu'il me repousse. J'en ai rien à faire. Je veux pas qu'il tombe, comme sa larme tout à l'heure, je l'ai vu.
Je veux pas qu'il lui arrive la même chose.
Non. Je le veux avec moi. Et sûrement pas écrasé au sol en gémissant, et en plus en faisant une attaque parce que ces connasses de conneries (c'est très recherché, y a pas à dire) se sont amusées à s'emparer de son coeur.


"Pas question Alan. Pas question ... Je veux pas que tu sois une étoile."

Je ne veux pas que tout le monde puisse t'admirer. Je veux pas que tout le monde puisse te voir briller, que l'on t'adule, que l'on puisse un jour s'approprier ta présence. Je veux que tu sois à moi. Mon étoile, peut-être ? Peu importe. Mais je ne tiens pas à ta mort. Donc que tu deviennes une étoile me semble fortement compromis.
Je te regarde, m'asseyant, et t'attirant vers moi. En fait plus te forçant à te poser à coté de moi, mais c'est un détail, ça. Je te regarde toujours.

Et comme pour prouver que je te surveillais, depuis le début, je passe mon pouce sur la trainée de la larme.
Avant de te sourire un peu. Triste. Et pourtant heureux. Embarassé, gêné, tout ce que tu voudras et tout ce que tu veux, pour caractériser mon regard.


"Je ne veux pas que tu pleures, Alan ... Pas plus que tu sois une étoile. Tout à l'heure, il y a autre chose que je voulais te dire. Une chose pour laquelle j'ai peur de ta réaction. Une chose qui me torture ..."
Je prends une grande inspiration. Ferme les yeux un court instant. Bon. Ca va aller, ca va aller, ca va aller. Courage Eric. T'as commencé, tu finis.

"Je t'aime, Alan..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 71
Date d'inscription : 30/06/2012
Age : 23
Localisation : Tu vois le grand blond baraqué? Ben tu regardes à côté en baissant les yeux

Identité
Race: Shinigami
Place dans la société:
Un contrat ? Avec qui ?:
avatar
Alan Humphries
MessageSujet: Re: Oui, non, peut-être °w° [Eric]   Mer 24 Avr - 15:44

Un pas. Ce serait si facile à faire. Juste un seul pas, puis se laisser aller. Je devrais être heureux dans un sens. J’ai toujours cherché à savoir, à me mettre à la place de tous ses gens qui meurent chaque jour, de comprendre le pourquoi du comment. Si seulement cette chute pouvait me permettre de mettre fin à tout, j’aurais sans aucun doute franchit ce pas il y a quelques minutes. Sauf qu’elle ne me permettra rien du tout. Non, Elles se sont promis de ruiner totalement ma vie. Sur tous les points. Si seulement je pouvais les éradiquer…Peut-être que la vie serait meilleure. Je n’en suis même pas certain, avec mon caractère, c’est sans doute mieux comme ça.

Je lâche un soupir avant de tendre une main vers les étoiles, sans aucune raison apparente. J’ai juste envie de le faire, c’est tout. Sauf que quelques minutes plus tard, je me sens tiré en arrière, sursautant légèrement, ayant complètement oublié que ce n’était pas parce que je me tenais au bord, qu’Il allait me laisser là tranquillement, me laissant le choix d’aller m’écraser ou non. Lui qui est là à chacun de mes réveils dans cette foutue chambre, même si c’est par pitié ou je ne sais quoi d’autre, me retiens de faire ce pas plus que stupide.

Je ferme les yeux et serre le bras de celui que je considère toujours comme étant mon mentor, à la limite de secouer la tête pour chasser la voix qui continue de me rappeler mon niveau ô combien impressionnant sur l’échelle des gens pitoyables. Non mais réveille-toi. Il vient de t’empêcher de faire une des plus grosses conneries que tu aurais pu faire et t’es limite dans ses bras. D’habitude, quand il ébouriffe mes cheveux pour une raison quelconque, je fais la collégienne dès qu’il est parti en allant me réfugier dans mon appartement, une peluche dans les bras et gloussant à moitié. Et je serais incapable de dire combien de fois j’ai rêvé me retrouver dans la position dans laquelle je suis actuellement. Je gâcherais ça à cause d’un début de schizophrénie ? Ce serait trop bête.

Il reprend une nouvelle fois la parole, et miracle, cette fois-ci je l’écoute. Je crois même que j’ai recommencé à respirer normalement, faut le marquer quelque part. Ne pas vouloir que je sois une étoile ? Il doit avoir ses raisons, et quelques qu’elles soient, je les respecte. Parce qu’Eric a toujours raison, règle n°1. Je le regarde et croise son regard quelques instants plus tard. Il ne m’aime pas comme je l’aime ? Rien à faire. Il me parle, il prend soin de moi, c’est parfaitement égoïste ce que je suis en train de dire, mais c’est tout ce dont j’ai besoin. Ou plutôt, c’est ce qu’il me faut pour pouvoir continuer de supporter cette vie. Lui. Combien de fois mes vaines tentatives quasiment invisibles ont échouées ? Plusieurs fois, mais a-t-il pourtant cessé d’être là ? Non pas encore. Alors autant en profiter et faire comme si de rien n’était par la suite. Et essayer de se faire à l’idée qu’on restera au stade amitié.

Puis il s’assied, et m’assieds à côté de lui, ce que je fais sans broncher. Au contraire, je le fais docilement et le regarde toujours, comme si c’était la dernière fois et qu’il allait disparaître d’un moment à l’autre. Chose parfaitement ridicule, j’en conviens, mais je n’y peux rien. Et alors qu’il passe son pouce à l’endroit où la larme avait tracé son chemin, je sens mon cœur s’emballer. Lui n’a toujours pas lâché l’affaire visiblement. Je sais que je devrais essayer de me calmer, au risque de voir une crise se profiler très prochainement, mais se remettre en admiration devant Eric est nettement plus important. Au moins, pour une fois une crise serait déclenchée par bonheur si on peut dire ça comme ça.

Et il continue de parler. Je reste pendu à ses lèvres, buvant ses paroles, écoutant avidement cette voix réconfortante. Et voilà, une fois de plus j’espère. Je viens à peine de me démolir que j’essaye déjà de recoller grossièrement les morceaux. Faut croire que je suis masochiste à espérer autant. Je ne ferai que retomber plus bas. Mais je sais que je recommencerai à espérer tant qu’il est à mes côtés. Encore et encore. Jusqu’à ce que les morceaux deviennent poussière et ne soient irréparables. Jusqu’au jour où…Eh ? J’ai…bien entendu ? Je cligne des yeux une fois, deux fois. Si c’était un rêve…Premièrement je me serais réveillé il y a quelques secondes en me rendant compte que je suis à la limite de poutouter mon coussin et deuxièmement, l’autre voix là serait déjà en train de me traiter de serpillère émotionnelle. Sauf que pour la première fois de sa vie elle se tait. Je l’attends durant deux secondes, mais elle ne vient toujours pas. Il…Il l’a vraiment dit ?

Je reste perplexe avant de me rendre compte que je ferais mieux de réagir, ou ne serait-ce que de me bouger le cul pour lui répondre avant qu’il ne change d’avis ou ne me disparaisse entre les mains. Au pire qu’est-ce que j’ai à perdre ? Si c’est un rêve…Ca en fera un de plus. Et je le vois très mal sortir maintenant que c’est un poisson d’avril. Finalement, ce n’était pas trois mots que j’attendais de sa part, mais quatre.

« E…Eric je… »

Superbe tentative. C’est bien, dans les rêves généralement je trouve toujours quelque chose de mieux à dire. A vrai dire, je me suis tellement fait à l’idée qu’il n’allait jamais me le dire, que je suis complètement perdu. Et puis sans rien dire, je vais là où j’ai toujours voulu être. A la place que je me suis réservée et que je ne veux que personne d’autre ne prenne. Dans ses bras. Je me serre contre lui, sachant très bien que même si je le serrais de toutes mes forces, il ne sentirait sans doute pas grand-chose. J’enfouis à moitié ma tête dans sa chemise, voulant simplement l’imprégner au plus de son odeur et reste comme ça quelques instants avant de relever timidement la tête vers lui. Maintenant s’il m’annonce que c’était une blague, je sens que je vais mourir de honte. Littéralement. Mais autant resté accroché le plus longtemps possible à lui.

« V…Vraiment ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 13
Date d'inscription : 25/01/2013
avatar
Eric Slingby
MessageSujet: Re: Oui, non, peut-être °w° [Eric]   Mer 24 Avr - 19:35

Eric .. T'es con, franchement. Je suis ta conscience, et je tenais à te le dire. T'es juste un con. Franchement, ça crevait les yeux qu'il te ... Nous ... qu'il nous aimait. Ca crevait les yeux et bordel t'avais rien vu. Ta déclaration, tu l'avais même pas préparée. Tes mots se sont embrouillés d'eux-mêmes, et pourtant ils se sont mis à exprimer ce que tu entendais par là.

Putain mais ferme là, la conscience, un peu, je flippe sur ce qu'il pourrait y répondre. En fait je m'attends surtout à sa baffe, si tu veux tout savoir. Sa baffe et sa fuite. Et pas qu'il vienne se réfugier dans mes bras en balbutiant, en fait. Quoi que ... C'est bien, aussi. Je lui souris. Doucement.
Il ne le vois pas. Peu importe. Je me sens apaisé, comme rarement depuis que j'ai entrepris cette quête pour le sauver. Quête qui a encore plus de sens désormais. Je ne peux plus me permettre de le laisser mourir. Je ne le permettrais pas.
Je ne le supporterais pas.
Déjà qu'au début je le supportais pas ...

En caressant ses cheveux, alors qu'il semble vouloir ... Euh ... rester contre mon torse à jamais, sous ma chemise ... Ce qui me gênerait pas, hein, du tout. Je veux bien qu'il reste comme ça. Il est à moi, après tout. C'est mon Alan. Mon Alan. Ca sonne pas du tout bizarre, pour la première fois que je me le redis depuis un bout de temps. Le je t'aime non plus n'avait pas sonné bizarrement.

Il a alors relevé la tête. Me posant une question à laquelle je m'attendais pas. En même temps, je suis trop gaga actuellement pour m'attendre à quoi que ce soit. D'ailleurs je suis sûr que si un chaton passait par là, je ferais ooooooow trop mignon le chatooooon ! Ou un truc de gonzesse puéril. Je suis pas sensible aux chatons, c'est comme les piafs.
Mais jpréfère les chatons parce que ... bref on s'en fout.

J'étais quand même un peu soulagé qu'il ait relevé la tête. La pensée qu'il puisse voir mon tatouage me figeait un peu. Je sais pas ce qu'il en penserait. Pour être exact, je sais pas ce qu'il penserait surtout du "sex" écrit sous la croix. C'était gênant. Et j'en avais un autre, en bas du dos, bien plus ... Heu ... Sage ?
On va dire que les arabesques avec marqué Alan, c'est plus discret que sur mon torse. Voilà.

Il me demande si vraiment ? Evidemment, je suis sérieux quand on parle d'amour ! Enfin, avec lui, je suis sérieux. Avec les secrétaires d'avant, nettement moins, mais ça ... Pas de remarques. Vos gueules. J'ai dit pas de remarques.
Je fais la chose qui me semble le plus adaptée à la situation. Je me penche sur lui et l'embrasse tendrement.
Et ça dépasse tout ce que j'ai jamais imaginé.
En plus, d'après ce que je sais, je serais son premier baiser, et ça me plait. Alan à moi.
Rien qu'à moi.
A jamais.

Bon, faudrait penser à l'oxygène, Eric, lâche le, lâche le. Enfin, pas de trop, hein. Et rabat un peu ta chemise, parce que si il voit ce que t'as sur ton torse, il va se mettre à ... Euh, bah en fait je sais pas, mais vaut mieux qu'il voit pas, non ? Bref. Je me décolle de ses lèvres. A regret. J'étais putain de bien, moi, faut pas croire. Mais par précaution, j'appuie mon front contre le sien, souriant doucement. Je suis avec lui. Je suis heureux.
Plus que tout au monde, je regrette que j'ai pu un jour penser qu'il ne m'aimerait pas. C'était totalement idiot. Mais ça tombe bien, je suis un parfait idiot. Narcissique, égocentrique et fou amoureux de lui.
Un Eric quoi.
Merde, faudrait peut-être que je lui réponde.


J'ai l'air de plaisanter, Alan ... ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 71
Date d'inscription : 30/06/2012
Age : 23
Localisation : Tu vois le grand blond baraqué? Ben tu regardes à côté en baissant les yeux

Identité
Race: Shinigami
Place dans la société:
Un contrat ? Avec qui ?:
avatar
Alan Humphries
MessageSujet: Re: Oui, non, peut-être °w° [Eric]   Mer 24 Avr - 20:41

Ca ne peut être qu’un rêve non ? Je ne sais pas, je ne sais plus où j’en suis. L’ai-je déjà su seulement ? J’ai toujours eu l’impression de ne pas être à ma place, où que ce soit, quand que ce soit. Sauf maintenant. Comme si cette place entre ses bras m’était destinée. Mais elle m’était destinée. Je l’avais décidé. Ma place. Je posai une main sur sa chemise, sur son torse. Je sentais la sienne dans mes cheveux et je soupirai doucement. De bien-être bien évidemment. Je ne voulais pas le lâcher, jamais. Mon mien. Définitivement. Le premier qui s’approche trop près de lui je le tue. Je sais pas comment je ferai mais je le tuerai. Ou je pourrirai sa vie jusqu’à la fin des temps.

Et puis je relève la tête, et pour pas qu’il ne soit vexé je lui sors l’air le plus mignon que je puisse faire. Non mais ça me trotte en tête quand même cette question. Ou au moins qu’il comprenne que je n’ai pas du tout l’intention de le lâcher. Même si maintenant c’est trop tard. Je continue de le regarder jusqu’à ce qu’il se rapproche une nouvelle fois et…et m’embrasse. Réellement. Je ferme les yeux et le laisse faire, après tout, ce n’est pas comme si j’avais une quelconque expérience en la matière. Ceci dit, ça comblait tout à fait mes attentes. Et j’aurais bien voulu que ça dure éternellement, mais c’était bien évidemment impossible. Et puis de toute façon, j’avais eu ce que je voulais initialement.

Je me remets à le fixer, d’un air complètement attendrit. Maintenant, il était passé du statut de Dieu vivant à…A statut trop haut pour qu’il puisse exister. Je cherche sa main à l’aveuglette, voulant continuer de le regarder et finit par la trouver, non pas pour la triturer cette fois-ci, mais pour simplement glisser la mienne dans la sienne. La sienne qui était si chaude par rapport à la mienne, et je n’allais pas m’en plaindre, c’est pas comme si j’avais très chaud.

« -Heureusement pas, et…Eh désolé d’avoir demandé ça…C’est juste que…Je…Préfère être sûr… »

Et vasy que je bafouille à moitié en commençant à rougir. Alors je serre légèrement ma main dans la sienne. Et je repose ma tête contre son torse, me tournant légèrement afin de voir les étoiles. Maintenant, tout est parfait. Absolument tout. Si on oublie mon comportement de tout à l’heure. Et je commence à culpabiliser.

« Ehm…Pour tout à l’heure je…Excuse-moi j’ai complètement dérapé…Je…Je ne voulais pas te…mettre mal à l’aise, ni même t’inquiéter j’ai…été ridicule. »

Je plisse légèrement les yeux, regardant toujours les étoiles, me calant contre lui en frissonnant légèrement. Puis je lève une nouvelle fois la tête, le regardant, l’admirant même. Plusieurs questions se bousculent, mais je les envoie balader. Plus maintenant. Je voulais simplement profiter du moment. Profiter qu’il soit là. Seul avec moi. Parce que j’imagine bien que au bureau, je ne réagirais pas de la même manière. Pourquoi ? Parce qu’il y a les autres. Et on ne peut pas dire que je les apprécie spécialement. Fichue timidité. Je ne sais même pas si j’oserais lui prendre la main en sachant qu’on nous regarde. Bien que ça ne me dérangerait absolument pas d’avoir la mienne toute la journée dans la sienne.

Mais pour le moment, je veux surtout câlin. Et poutou éventuellement. Je sais que normalement on ordonne pas comme ça, mais je sens que j’ai besoin d’un câlin. Alors je change encore de place et je me mets encore contre lui, le serrant dans mes bras. Et je souris. Un vrai. Un grand. Qui n’était pas apparu depuis longtemps.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 13
Date d'inscription : 25/01/2013
avatar
Eric Slingby
MessageSujet: Re: Oui, non, peut-être °w° [Eric]   Jeu 25 Avr - 19:40

C'est ça, être bien ? C'est ça, aimer ? Vraiment ? Je veux dire ... C'est ça, être, tout simplement ? Apparemment, oui. Apparemment, être avec Lui, c'est être. Je suis, il est. Un nous que nous sommes désormais. Je l'aime. Ca on l'avait compris plus qu'autre chose. Réfléchis Eric, réfléchis. Tu peux pas le laisser comme ça, il risque de chopper froid. Ca casse tout de suite le mythe de 'l'amour n'atteint rien, mon coeur, vivons heureux à jamais dans la connerie triomphante des Disney'. Ouais, c'est pas un mythe mais c'est comme si. On a jamais interdit d'inventer des mythes.
D'ailleurs je compte inventer le mythe de Alan le mignon. C'est l'histoire d'un Alan mignon qui tombe amoureux de Eric et qui ... Putain, en fait ta gueule mec.

J'aime mes dialogues internes, franchement. Bref. Reconcentrons-nous sur Alan. Alan Alan Alan. J'pourrais faire des lignes avec son prénom tellement je l'aime. C'est magique, non ? Peu importe. En fait, même, je crois que je pourrais le répéter en boucle jusqu'à la fin des temps.
Si il n'avait pas décidé de prendre ma main et de s'installer encore plus sur mon torse. Ca me gêne pas, hein, remarque. J'aime qu'il soit près de moi. J'aime Alan. Alan. Alan. Alan. Al... Ok on a compris.
En souriant, je m'éclate à lui ébouriffer les cheveux, juste pour l'emmerder un peu. Et que je supporte pas un Alan parfait. Plus c'est imparfait un Alan, plus c'est mignon parce que c'est gêné d'être imparfait.
Et j'aime Alan gêné. C'est mignon.
J'me demande ce que ça donne un Alan gêné en robe ... WOOOOOOOH, STOP ERIC STOP STOP, SORS TOI CA DE TA TETE DE PERVERS, MERDE. Sinon t'en as encore pour pas mal de temps à te calmer.
Et je doute que tu aies envie d'expliquer à Alan (si tu te remets à scander son nom je te scalpe, foi de conscience) pourquoi ton pantalon se trouverait brusquement déformé à l'entrejambe. Je me trompe ?
Gardes-le encore pur et mignon.
....
Pourquoi j'ai dit ça ?

Et le pire c'est que la conscience a pas tort. J'vais garder n'Alan tout mignon, et j'aurais jamais rien à lui expliquer sur mon pantalon ! Et accessoirement sur mon corps, hein. D'ailleurs, je sais même pas si il y connaît quelque chose ... EEEEERH STOP STOP MACHINE ARRIERE, MAUVAISE PENSEE MAUVAIIIIIISE.
Peu importe. Je m'allonge sur le toit, en soupirant un peu, un de mes bras derrière ma nuque, et l'attire contre moi. Je le lâcherais pas, z'allez pas bien ? Déjà que tout à l'heure, il voulait mourir-outoudumoinsauterduhautdutoit-, je vais pas en plus le lâcher maintenant. J'en profite aussi pour embrasser son front.
En fait, là, vraiment, c'est que je visais sa bouche mais j'ai foiré. C'est pas ... Non, en fait si, je suis pas doué, c'est le mot.


"Dis pas de conneries Alan, t'es jamais ridicule ... C'est juste des idées dans ta tête. Comme le Père Noël pour les gosses ou mes dossiers remp....lacés par de la crème vanille. " Oui, bon, si je dis que j'ai des idées de remplir mes dossiers, il va pas me croire. Et il ferait bien.
J'en ai aucunement l'intention.


"Un jour je t'emmènerais voir un endroit qui devrait te plaire, tu sais ? C'est loin... Mais ... Je veux que tu le voies. T'as déjà fait de la moto ? "

Non mais savoir. Si il a peur, je le mettrais pas dessus. Je rabats un peu ma chemise sur le dessin de mon torse, Dans un geste absolument pas naturel. Mais ça, rien à foutre. j'ai jamais eu l'air naturel de ma vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 71
Date d'inscription : 30/06/2012
Age : 23
Localisation : Tu vois le grand blond baraqué? Ben tu regardes à côté en baissant les yeux

Identité
Race: Shinigami
Place dans la société:
Un contrat ? Avec qui ?:
avatar
Alan Humphries
MessageSujet: Re: Oui, non, peut-être °w° [Eric]   Dim 28 Avr - 11:30

…J’ai la vague impression qu’il s’amuse à m’ébouriffer les cheveux. Non pas que ça me gêne tant que ça, mais si il fait exprès de me décoiffer, c’est…C’est vil parce qu’il sait très bien que je n’aime pas ça. Alors je couine et j’essaye de remettre du mieux que je peux mes cheveux, même si ça ne vaudra jamais un bon peigne. Bon maintenant ce n’est pas non plus comme si je devais encore travailler après donc ce n’est pas ce qu’il y a de plus grave. Mais le pire c’est que, si j’essaye de lui faire la même chose, il risque de trouver ça drôle. Ou mignon. Voir les deux. Pfu.

Ceci dit, il finit par s’arrêter et se couche sur le toit, face à mon air interrogateur. Peut-être qu’il était fatigué ? Mais j’en profite pour pouvoir mieux me recoiffer, ce qui ne dura absolument pas longtemps, vu qu’il me fit me coucher à mon tour. Sur lui. Inutile de préciser quelle teinte prit mon visage après ça. Et en espérant qu’il ne le voie pas, je remets ma tête sur son torse, en fermant les yeux. C’est là que je suis le mieux pour le moment. Et je joue avec un bouton aussi, parce que j’avais envie de m’occuper l’autre main.

« -J’aimerais bien qu’elles s’en aillent… »

Les idées bien sûr, en même temps je ne vois pas de quoi je parlerais d’autre. Je soupire légèrement et continue de fixer le bouton avant de fermer les yeux quelques instants. Inutile de lui faire part de ces idées. Pas que je ne veuille pas lui en parler, simplement que je n’ai pas envie de l’embêter avec ça, et qu’il est inutile de lui montrer clairement que je déprime. Autant essayer de lui montrer une image positive. Surtout après ce qui vient de se passer, je ne sais toujours pas pourquoi je ne fais pas meilleure figure. Sans doute que je ne me rends pas totalement compte.

Puis il reprend la parole et je relève légèrement la tête de nouveau un air interrogateur sur le visage. Un endroit ? Je penche légèrement la tête en cherchant de quoi il pourrait bien parler. Quel endroit ? Il y en a des milliers. Mais il a attisé ma curiosité et je continue d’essayer de chercher où il pourrait m’emmener exactement. En moto ? Ça veut donc dire que c’est assez loin d’ici et qu’il y a peeeu de chance que j’y sois allé. En même temps, mes connaissances « géographiques » se limitent à la Dispatch et Londres.

« -Non, jamais…Mais…Mais si tu me tiens je veux bien essayer…Et…Et c’est oùùù ? »

Je lui sors mon regard le plus mignon que je puisse faire, espérant lui soutirer quelques informations. Et puis il rabat sa chemise. NYUUUU ! J’voulais encore mettre ma tête là moiii ! M’en fous, e vais continuer de la mettre là. Et il me faut pas plus de dix secondes pour aller ré enfouir ma tête. C’est chaud, et confortable. Et apaisant. Je souris doucement et…Et remarque un truc sur son torse. Je sais pas ce que c’est exactement, mais vu d’ici on dirait une trace noire. Sauf que y a pas d’intérêt à en avoir une. Un tatouage ? C’est plus plausible, et ça lui irait bien. Alors je ressors une nouvelle fois ma tête et le regarde l’air émerveillé

« -T’as un tatouaaage ? »

J’essaye de deviner un moment ce que ça pourrait être une nouvelle fois mais n’en ait pas la moindre idée. Alors je prends une de ses mèches et je commence à la faire tourner autour d’un de mes index, me recouchant complètement sur lui, totalement apaisé. Pour la première fois, je me sens bien un soir. Mais il est là, contre moi, et semble chasser tous ces doutes. Je sais que c’est impossible, mais j’aimerais bien rester ici à jamais, sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 13
Date d'inscription : 25/01/2013
avatar
Eric Slingby
MessageSujet: Re: Oui, non, peut-être °w° [Eric]   Dim 28 Avr - 15:31

J’aime le sentir ainsi près de moi. J’aime savoir qu’il sait. J’aime savoir que je l’aime et qu’il m’aime. Bref. J’aime sa présence. J’ai l’impression très désagréable de me répéter. Mais qu’importe. Je ne dis pas de conneries, alors je peux réitérer mes vérités absolues. Ma main dans les cheveux du petit truc mignon à moi qui se prénomme Alan, je souris doucement. C’est un moment volé à une éternité bien trop courte à mes yeux. Un moment qui n’appartient strictement qu’à nous. Et si un abruti venait s’imposer, je crois que je lui enverrais ma scie en pleine gueule.
Merde, je l’ai pas prise. En même temps j’allais pas m’éclater à aller la prendre alors que je suis avec Lui !

Ses mots trottent dans ma tête. De quoi parlait-il … « J’aimerai qu’elles s’en aillent » … Je n’ai rien dit, sur le moment. Mais ils restent accrochés dans mon esprit. Elles … Elles elles ? Genre elles elles elles ? Je pense. Mais comment en être sûr ? Je veux pas en parler. Si c’est ça, je vais encore tenter de le sauver par des mots inutiles, où il me répondra par la fatalité et je ne peux BIEN SÛR pas lui avouer ce que je mets en œuvre pour le sauver.
C’est la chiotte d’être un sauveur anonyme. J’espère juste qu’à la fin je pourrais lui dire. Genre, quand il sera sauvé, enfin.

Tiens, il a parlé mon Alan. J’aime sa voix. Je l’aime. Je le dirais aussi longtemps que j’en aurais envie. Je le dirais tout le temps, tiens. Ça vous fera chier, je sais. Et moi ça m’éclatera. De une parce que c’est chiant pour vous ; de deux parce que parler d’Alan, c’est mon sujet de prédilection favori. Enfin mon sujet favori …

‘’Jamais ? Alors … Faudra que je te fasse essayer. Et évidemment que je te tiendrai. je tente de l’embrasser à nouveau. Enfin, si il arrêtait de faire une tête mimi, ça m’aide… Oh putain. Stop ta tête mimi. Pitié. Pitié. Je souris en le fixant, non j’ai pas une tête plus ou moins crispée, mon sourire est naturel. Calme Eric, calme toi. Evite de penser. Stop.Et c’est … Là où c’est. Je veux te faire une surprise, c’est pas drôle si tu sais.
… Merde. A quoi ça me sert de cacher mon tatoo si il se plait à se foutre sous ma chemise ? Genre une aut… Un Alan qui se cache sous ma chemise … Gah, faut que je me calme. Vraiment. Parce que si je me calme pas, et qu’Alan a le malheur de faire une connerie du genre sa tête adorable trop adorable ou avoir une voix adorable ou …
Ou être trop adorable … Et j’aurais quelques problèmes au niveau de mon corps. Et je ne PENSE PAS que il accepterait. Que j’ai ce que je pourrais avoir. Rah, putain, pourquoi ça arriverait d’abord ?

… PARCE QUE JE SUIS UN MEEEEEC ET QUE ALAN EST JUSTE PUTAIN DE ADORABLEMENT BANDANT. Ça, c’est dit.

Tiens, il a ressorti sa tête ! … Oh, des yeux qui brillent. Putain putain putain. A l’aide. Je ris un peu à sa question. Genre ‘oh mais bien sûr que non, j’ai pas de tatouage voyons, que racontes-tu, c’est idiot ! ‘

’’Eeeerh … Oui mais … Mais non … Mais en fait oui. Même si c’pas .. ‘’
Il est sérieux là à tripatouiller mes cheveux ? … Surtout allongé comme ça sur moi ? Dagosh (oui, ça se dit, allez tous vous faire voir.) je vais pas survivre. Avalant ma salive pour me concentrer sur autre chose, même si c’est un peu dégueulasse de se concentrer là-dessus, je reprends en descendant ma main pour dessiner des … Des arabesques dans son dos. ET PAS PLUS BAS. NON. PAS PLUS BAS. PAS LE DROIT. Couché, Eric, calme ta libido.
‘’Si c’pas un truc très intéressant … Juste un tatouage quoi.’’
En même temps, ça va pas être une autre chose. Y a marqué sex en dessous, mais ça peut pas être autre chose. Ah, putain. Chut. Chut. Et …
Et merde. Espérons que j’ai pas … NON ERIC REGARDE PAS ALAN, NON, NON ! …

Je relève la tête. Et en profite pour voler un baiser au truc mignon qui me sert désormais de Alan. Parce que j’ai envie. Et aussi parce que comme ça, ça le distraira peut-être de … Enfin, voilà quoi. Je devrais me taire. Ça pouvait pas pire tomber.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 71
Date d'inscription : 30/06/2012
Age : 23
Localisation : Tu vois le grand blond baraqué? Ben tu regardes à côté en baissant les yeux

Identité
Race: Shinigami
Place dans la société:
Un contrat ? Avec qui ?:
avatar
Alan Humphries
MessageSujet: Re: Oui, non, peut-être °w° [Eric]   Dim 28 Avr - 21:09

Ouaiiis ! Il me fera essayer ! Du moins c’est ce qu’il a dit, alors je le crois. Bon c’est pas que ça me tente énormément de faire de la moto mais…Mais c’est être avec lui qui compte. Et s’il est là, qu’il me tient, tout ira bien. Je lui fais totalement confiance et s’il me dit qu’il me tiendra, c’est qu’il le fera. Et malgré ma tête il…Il ne craque pas. Mais il fait une tête bizarre quand même. J’ai fait quelque chose de mal ? Je me mords légèrement la lèvre commençant à m’inquiéter.

« -Muuh…Pourquoi e peux pas savoiiir ? »

Je vais pas trop insister non plus mais j’aimerais bien savoir moii ! Bien, je le saurai un jour où l’autre de toute façon, il faut juste un peu de patience. Soit, je sais qu’il a un tatouage maintenant ! Et il ne me l’avait même pas dit..Pfu. En même temps, je peux le comprendre je ne lui raconte pas non plus tout de fond en comble. Même si je ferais bien de le faire. Dans un sens je me dis que ça me ferait du bien de tout lui raconter, après tout il sait bien me rassurer, mais dans un autre…Je ne veux pas l’embêter avec ça…Et j’ai trop peur qu’il le prenne mal en plus. Mais ce n’est pas comme si c’était discret non plus…Il vaudrait mieux le lui dire avant qu’il ne le découvre par lui-même peut-être…

Quoiqu’il en soit, je frissonne légèrement lorsqu’il se met à faire des dessins dans mon dos, et sourit doucement. Non, il valait mieux le lui dire assez vite plutôt que de le lui faire découvrir à un mauvais moment. Maintenant il fallait voir comment le lui annoncer. Alors je l’écoute pour le moment, essayer de faire…je sais pas trop quoi. Pas quelque chose de très intéressant ? Mais pourquoi ? Tout ce qui touche à lui est intéressant ! Alors je penche doucement la tête d’un air interrogateur.

« -Et ça représente quoiii ? »

Et si il veut pas me le dire, j’irai voir par moi-même ! Non mais oh. Moi je veux savoir ce que c’est. Je veux le connaître par cœur, même si je pourrais le reconnaître les yeux fermés, je veux encore mieux le connaître. Je lui souris doucement, et je lui rends son baiser aussi. Ensuite je me penche doucement vers lui, lui embrassant la joue. Bon, on se calme et on respire doucement. Ce n’est pas la mort non plus….

« -Eric… »

Je le regarde une nouvelle fois hésitant un instant. Boon, maintenant que j’ai commencé, vaut mieux terminer. Et puis comme ça ce sera passé. Je ferme les yeux un instant avant de me remettre à le regarder, me mordant légèrement la lèvre.

« -Il faut que…je te dise quelque chose…Ca va pas te plaire mais…Je préfère que tu le saches… »

Soupirant doucement je me mets à tripoter une de mes mèches de cheveux avant de m’arrêter et de relever légèrement une de mes manches avant de lui tendre mon poignet, tremblant légèrement. Tout en continuant de le lui tendre, je repose ma tête sur son torse, serrant doucement sa main de l’autre. Maintenant, attendre sa réaction. Je ne sais pas trop à quoi m’attendre et je n’arrive pas à me mettre à sa place. En même temps… Si j’apprenais que lui se tailladait les poignets…J’aurais plus peur pour lui qu’autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 13
Date d'inscription : 25/01/2013
avatar
Eric Slingby
MessageSujet: Re: Oui, non, peut-être °w° [Eric]   Lun 29 Avr - 12:12

Dafuck dafuck. franchement je pouvais pas pire tomber que maintenant pour avoir ce petit problème problématique. Non je ne me répète pas, pas plus que je ne pléonasme. Pléonasmer. Vous savez, ce verbe qui n'existe strictement pas. Peu importe. La présence d'Alan me distrait un peu, c'est déjà ça ...
Enfin, elle me distrait et en même temps attise le gros bordel qui n'arrête pas de me tourmenter depuis ... Depuis que j'ai pas ma montre ne fait. Mais on le sait. Ca doit pas faire longtemps. Sinon j'aurais vraiment du mal à penser.

Déjà que j'en ai pas mal ... Rah, peu importe. Je vais me taire. Mais c'est impossible de pas répondre quand on me dit Eric avec une voix aussi mignonne et adorable et ... Et what da fuck, pourquoi il semble gêné ? Et pas bien ? Et ...
Et pourquoi d'un coup j'ai l'impression qu'une connerie va se produire et casser l'ambiance ?
Et aussi, pourquoi il me tend son poi...

Le monde. Qui se brise.
Ai-je mal vu ? Ai-je été fou durant un dixième de secondes ? Aurais-je des hallucinations ? ...
Non. Alan ne ferait jamais ça. Les hallucinations relèvent de ce qui est réel. Peut-être enfoui au fond de notre inconscient, mais réel.
Et j'ai jamais dans ma vie imaginé qu'il ...
J'enlève mes lunettes. Les remets. Les enlève. Et les remets. Rien à faire. Rien ne change. Les traces sont toujours là.
Et mon coeur fait un putain d'arrêt cardiaque, aussi.

Façon de parler, hein. Je le repousse, pour m'assoir. Non, je garde une de ses mains dans la mienne. Même si je doute que l'autre poignet est identique. J'en doute même pas. J'en suis sûr. Comment peut-il me faire ça ? A moi ? Je ... Je croyais qu'il était encore immaculé. De partout. Immaculé pour pas dire vierge. J'aime pas ce mot. M'enfin. Tentant d'attraper son regard, je fronce les sourcils. Ma voix tremble, rappel de la putain de condition qui stipule que quand t'es dans la merde, tu peux pas être parfait et pas avoir au moins la voix qui tremble. C'est une connerie entre les autres.


"Alan ... Je ... Pourquoi ? "

Inconsciemment, je remonte ses manches encore, voir si il a essayé de monter. Voir si il a tenté d'autres choses. Voir simplement si, bordel, il a encore à me cacher. Je soulève son autre main, pour faire la même chose. Sur ma figure, je dois avoir un air d'abruti désemparé, trahi et vaguement triste. Je le sens. C'est pas cool. Le lâchant totalement, je passe une main dans mes cheveux, les yeux fermés en respirant. Se calmer. Il te l'a déjà dit, c'est pas mal. T'aurais pu le découvrir d'une manière désagréable.

En rouvrant mes yeux, je le prends dans mes bras. Ouais j'aurais en fait jamais dû le lâcher, et c'est bien moche. Je le serre. Serre fort. Parce que je ne veux pas le laisser. Non, jamais, surtout ne jamais le laisser. Il m'est bien trop précieux pour ça ... Il est bien trop pour ça.


"Promets moi de ne plus ... Jamais le faire. Promets-le. Et tiens cette promesse-là."

Je ponctue mes mots d'un baiser sur son front. Je ne tiens pas à ce qu'il croie que je le hais ou autres conneries du genre, juste parce que j'aurais pu lui en vouloir. Je lui en voudrais jamais.
En tout cas, ça, ça m'a. distrait de mes ... problèmes bien moins graves et tout aussi présentement présents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 71
Date d'inscription : 30/06/2012
Age : 23
Localisation : Tu vois le grand blond baraqué? Ben tu regardes à côté en baissant les yeux

Identité
Race: Shinigami
Place dans la société:
Un contrat ? Avec qui ?:
avatar
Alan Humphries
MessageSujet: Re: Oui, non, peut-être °w° [Eric]   Lun 29 Avr - 19:22

Je reste là, silencieusement, sans bouger. Comme si être contre son torse en profitant de la chaleur qu’il dégage m’aiderait à échapper à la réalité. Non mais réellement. Il valait mieux le lui dire. Sinon…Je ne l’aurais jamais fait et il l’aurait bien su un jour où l’autre. Mais je préfère quand même ne pas regarder sa réaction. J’ai réussi à le lui montrer, faut pas trop pousser non plus. Je sens sa main dans la mienne et continue de la serrer doucement, comme si elles communiquaient entre elles.

Puis il se décida à bouger, s’asseyant et me dégageant de ma place par la même occasion. Je le laisse faire, après tout, ce n’était pas comme si je m’attendais à ce qu’il ne réagisse pas du tout. J’ai quand même honte en partie maintenant que je le lui montre. Pourquoi j’ai bien pu faire ça ? Bien sûr que j’ai la réponse mais…Mais elle ne me semble plus valable maintenant. J’ai envie de revenir en arrière et de lâcher, de jeter sans rien faire avec ce…Je relève la tête, finissant par le regarder, face au ton de sa voix. J’ai envie de rebaisser les yeux mais…non.

« Ca…Ca m’aide face à Elles et…et le reste. »

Et alors qu’il remonte mes manches, je me mets aussi à regarder mes bras, comme si c’était la première fois que j’en voyais. Même si ce n’est pas ce qu’il y a de plus prestigieux. Et alors qu’il remonte l’autre manche, je continue de le fixer, le regard légèrement vide, ou plutôt absent. Ce à quoi je pouvais penser ? Je n’en avais pas la moindre idée non plus. Je soupire légèrement et attends la suite. Sauf que la suite, c’est qu’il me lâche complètement. J’attends quelques secondes avant de rabaisser mes manches, comme si cacher toutes ces marques pouvaient les faire disparaître.

Et lorsque j’ai fini, il me reprend dans ses bras. Et il ne me faut pas plus de deux secondes pour que je m’accroche à lui, refermant les yeux en me blottissant le plus possible contre lui. J’ai besoin de réconfort, et sans que je ne demande rien, il m’en donner, comme s’il avait tout compris. Mais il a certainement tout compris. Il est vachement intelligent. Je l’écoute parler, et le laisse m’embrasser le front avant de relever la tête, m’agrippant toujours à lui. J’hésite un instant, avant de l’embrasser doucement à mon tour, sans doute maladroitement mais on ne peut pas tout avoir.

« P…Promis. Maintenant que tu es là ça ira…beaucoup mieux. Je…ne veux pas retomber là-dedans. Pas tant que tu seras là… »

Je le regarde un instant, avant d’aller mettre poser ma tête sur son épaule, avant d’aller l’enfouir dans son cou, cherchant à avoir le plus de chaleur possible. Je me serre un peu plus contre lui et relève légèrement la tête, juste pour pouvoir regarder une de ses mèches et souffler légèrement dessus. Non pas que ça m’amuse particulièrement, mais au moins ça m’occupe. Je souris doucement avant de lui embrasser timidement la mâchoire.

« Je t’aime…Plus que tout… »

Je me rassieds à moitié sur lui et chouine une nouvelle fois pendant plusieurs instants, jusqu’à trouver la position qui e plaids le plus. Là. Maintenant je suis bien installé, même si être près de lui me suffit généralement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 13
Date d'inscription : 25/01/2013
avatar
Eric Slingby
MessageSujet: Re: Oui, non, peut-être °w° [Eric]   Mer 1 Mai - 14:39

J'aimerai que tout n'ai été qu'une putain de plaisanterie. Qu'il n'ait jamais ... Enfin je me comprends. Je devrais lui pardonner, je le sais, je devrais ! Mais c'est impossible. Tout simplement Impossible. J'ai supporté longtemps de passer l'éponge sur ses conneries, qu'il ne faisait jamais. Putain. Mais ça, je n'arriverai pas à l'oublier. Je lui pardonne, un peu. Il a une excuse ridicule, mais j'en ai rien à faire.
Tiens, il m'embrasse. Il apprend vite. ET CA M AIDE PAS. Putain. Un jour, si il se rappelle de la tête que je tire en ce moment, après ... Genre que ... Que il me connaisse on va dire EN DETAIL, il comprendra.

J'ai besoin de vous expliquer, franchement ? Non ? Parfait. Voilà. Je l'écoute. Je le laisse faire ... Il est si mignon, pour ça que je peux rien y faire. Faut que je pense en même temps à renouveler mes arguments pourquoi il est trop mignon. Parce que si je dis juste "il est trop mignon", c'est pas un véritable argument et ça peut poser des problèmes aux chieurs qui veulent des phrases structurées.

En souriant, je le laisse me ... Me tripatouiller pour souffler sur mes mèches. Ouais bien sûr. C'est trop Adorable. Et j'ai même pas dit mignon. Je suis trop fort. Adulez-moi. Breeeef, breeef. Il se met à ... A chercher comment être tranquille sur moi. Assis j'entends.
Et je comprends surtout que j'ai quand même de graves problèmes de perversion, là. J'ai encore une fois strictement pas besoin de vous expliquer. Par pur réflexe je détourne le regard, pendant qu'il retourne se planquer contre moi. Oh, il est beau le ciel ... Si ... Si bleu noir ... Si ...

Ok, c'est qu'un putain de ciel. Mais au moins j'ai pu me distraire. Inconsciemment j'ai attrapé ma lèvre. Non j'ai pas mordu. Du tout. Du tout. Juste un peu. Je le berce tendrement, embrassant son ... Son crâne ... J'ai pas le choix, faudrait qu'il grandisse franchement. Quoi que ... Plus grand ce serait moins drôle et moins mignon.
Et un Alan, c'est petit et mignon.

"Alan ... Tu sais que je t'aime encore plus ... Hein ... "

Amuse toi Eric, parle, parle, et surtout pense pas. N'Y pense pas, en fait. Je décide que ... Que on va passer du temps à se bécoter, tiens. Je lui relève un peu la tête, un doigt sous son menton, pour l'atteindre, et l'embrasse encore. Je suis bien là, moi ... Et puis on va pas le lâcher, hein.
Enfin je suis bien obligé, au fond. Mais qui est là pour juger de quand je dois arrêter, hein ? Personne. Voilà. C'est donc décidé, je m'arrêterais quand il pourra plus supporter que je l'embrasse. Et je sais pas tellement quand ça arrivera. Espèrons grandement jamais.

Toujours contre ses lèvres, les yeux fermés, sans en avoir l'air, j'approfondis le baiser. J'ai besoin de vous faire un dessin, bordel ? Je sais qu'il a pas l'habitude et pour être honnête, j'ai pas non plus l'habitude d'embrasser des hommes. Mais c'est un Alan, quoi. Donc on va dire que ... Que je lui apprends la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 71
Date d'inscription : 30/06/2012
Age : 23
Localisation : Tu vois le grand blond baraqué? Ben tu regardes à côté en baissant les yeux

Identité
Race: Shinigami
Place dans la société:
Un contrat ? Avec qui ?:
avatar
Alan Humphries
MessageSujet: Re: Oui, non, peut-être °w° [Eric]   Lun 6 Mai - 20:51

Je relève doucement la tête une fois la bonne position trouvée, et remarque qu’il se mord la lèvre en détournant le regard. Ceci dit, il ne me laissa pas beaucoup de temps, allant m’embrasser le haut de la tête. Et alors qu’il a fini de parler et que je m’apprête à lui répondre, je sens un de ses doigts sous mon menton et juge meilleur de me taire en le voyant se rapprocher. Et j’ai certainement bien fait. Je le sens contre moi, et ne peux m’empêcher de sourire doucement avant qu’il ne pose ses lèvres contre les miennes.

Je pose une de mes mains sur sa joue, comme pour l’empêcher de faire quoi que ce soit pour partir. Bien que je ne pense pas que ce soit dans ses idées. On dira que c’est pour me rassurer. Et m’assurer qu’il est bien là, que ce n’est pas un rêve. Et puis ce n’est pas comme si je n’avais jamais rêvé de poser mes mains sur lui. Maintenant on ne va pas préciser où exactement. Ce serait une perte de temps qui n’intéresserait certainement personne.

Et alors que je ne pensais pas pouvoir me sentir mieux, il essaye d’approfondir le baiser et je le laisse faire, ne sachant pas trop quoi faire de toute façon, si ce n’est l’imiter quelques instants plus tard. Je lâche intérieurement un autre soupir de bien-être avant de me décider à réagir un minimum, ne voulant pas non plus rester les bras ballants. Même si je sais pertinemment qu’il prendra toujours les devant et aura toujours le dessus. Ce qui ne me dérange absolument pas. Je laisse ma main glisser doucement vers son cou, jouant légèrement avec sa langue.

Je finis par rompre le baiser et me mis à genoux de part et d’autre de lui, afin de gagner quelques centimètres et de poser mon front contre le sien, doucement en ne le lâchant toujours pas. Il aurait fallut être complètement crétin pour le faire soi dit en passant. Alors je continue de m'agripper à lui comme si ma vie en dépendait. Mais n'était-ce pas légèrement le cas? Légèrement. Juste assez pour que s'il n'était pas là, j'aurais baissé les bras depuis le début. Et je Les aurais laissées gagner. Je le sais, c'est tout. Sauf que maintenant, il est encore plus hors de question qu'Elles ne prennent le dessus. Qu'on me laisse vivre en paix avec Eric. Même si je sais que c'est utopique, ça ne m'y interdit pas d'y croire. C'est beau de rêver. Et c'est encore mieux quand on ne doit pas se confronter après à la réalité.

Et pour y échapper, rien de mieux que de l'ignorer. Je finis par reculer légèrement la tête et vient caler ma tête sur son épaule, me retenant tant bien que mal de bâiller ou de montrer un quelconque signe de fatigue. Hors de question qu'il ne me dise d'aller dormir. Je n'en ai pas la moindre envie. Ou alors sur lui. Mais je n'y arriverais pas, de peur que pour une raison quelconque il ne veuille partir. Oh bien évidemment je ferai semblant de dormir, tout en ne le faisant pas. Et tant pis si je ne suis pas ce qu'il y a de plus réveillé le lendemain. Rester sur lui compte beaucoup plus.

"-Et...Je sais toujours pas ce que c'est ton tatouaaage!"

Et vas-y que je te ressorte les yeux bieeen humides pour te montrer à quel point la réponse est vitale et importante, et que tu ne pourras jamais te débarrasser de moi tant que je n'aurai pas ma réponse. Oui je pourrais aller voir par moi-même. Mais disons que même si j'ai commencé à le faire, aller fouiner complètement sous sa chemise...Non, je pense pas qu'il appréciera beaucoup, alors autant qu'il le dise par lui-même non? Au pire, je le saurai bien un jour où l'autre. Mais au plus tôt sera le mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Oui, non, peut-être °w° [Eric]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Oui, non, peut-être °w° [Eric]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Peut-on se passer de la farine de blé ?
» Peut-on Esperer Un Changement En Haiti ????
» Je n'aurais peut être pas dù (pv Samus)
» ERA ( on peut pas faire sans eux ><)
» Ce qui ne peut être évité, il faut l'embrasser.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroshitsuji-rpg :: ~ Lieux ~ :: Shinigami Dispatch Society :: Appartements :: Appartements Masculins-