Rejoignez l'univers de Kuroshitsuji, toujours plus fou !
 

Partagez | .
 

 Dossier n° 384, William T. Spears [Finish o/]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 130
Date d'inscription : 02/06/2012
Age : 23

Identité
Race:
Place dans la société:
Un contrat ? Avec qui ?:
avatar
William T. Spears
MessageSujet: Dossier n° 384, William T. Spears [Finish o/]   Sam 2 Juin - 20:49

Spears
William T.


En cours, because I'm worth it 8D ~


"If you interfere, I'll reap you."





Just me.

Nom : Spears
Prénom : William T.
Surnom : Aucun n'est accepté, merci.
Âge : Dans la vingtaine officiellement, officieusement, beaucoup plus.
Sexe : ...Masculin, franchement...
Rang : Superviseur de la Division de Collecte des Âmes à la Dispatch Society
Rôle : Fauchez les âmes des êtres Humains, veillez à ce que le travail de mes subordonnés soit parfait et essuyez leurs bavures.
Nationalité : Anglaise
Sexualité : ...
Avez-vous lu le règlement?: Valide by Ju'
Avatar : William T. Spears, of course.





What about me ?


What happens in my head ?


Soin. Perfection. Ego surdimensionné Absence totale de tact. Repect du règlement. Sérieux. Tels sont les mots pouvant me définir au mieux tout en respectant l’ordre des lettres de mon doux – et oh combien magnifique- nom. Bien évidemment, il y en a pleins d’autres que j’aurais pu citer, mais n’ayant pas la moindre envie de trop perdre mon temps, j’ai assez de travail à faire comme ça, ni de vous consacrer plus d’attention que nécessaire, je ne rédigerai donc point la liste complète. Et si vous souhaitez quand même l’avoir,…envoyez-moi un pigeon, je daignerai peut-être vous répondre un jour. Peut-être .

Soit. Nous ne sommes pas là pour discuter ce point, mais pour aller au plus vite afin que je puisse continuer mes dossiers que vous vaquiez à vos occupations, quelles qu’elles soient. Me décrire mentalement ? Je n’en vois pas l’intérêt mais bon. Commençons peut-être par ce que disent les autres. Vous savez ces rumeurs qui courent à votre sujet, parfois fausses parfois vraies, qui ne sont pas censées atteindre vos oreilles, mais vu la discrétion dont font preuve certaines personnes, vous parviennes quand même ? Ce genre de choses, j’en ai entendues des belles et des pas mures. D’après certain, il paraîtrait que je n’aurais aucun cœur. ..Bien vu, même si nous sommes immortels, si quelqu’un arrive à nous arracher le cœur, il est certain que l’on décèderait sur le champ. Franchement. Ils n’ont rien d’autre à faire à part débiter des inepties à mon sujet ?

Quoiqu’il en soit, demandez à n’importe qui, même à Sutcliff si cela vous chante mais je ne suis pas sûr que vous reviendrez entier, ils tomberont en accord pour dire que je suis froid. …En quoi cela peut-il bien déranger qui que ce soit ? En plus, il est marqué dans le Règlement que l’on doit accomplir son travail sans un sourire, je ne fais qu’appliquer la Loi. …Même en dehors de mes heures de travail, mais l’on n’ira point me blâmer pour cela. Rabat-joie, on me le reproche souvent d’ailleurs. Franchement, je ne vois pas l’utilité d’afficher un sourire et de paraître heureux alors que vous savez pertinemment que vous devrez vous coltiner des heures supplémentaires. Et non je ne ferai aucun effort, même si pour une fois je terminerais à l’heure.

Pourquoi ? Parce qu’être sympathique, ou même rien que le paraître, fait que les gens viennent plus facilement vous aborder –Sauf pour ce damné Sutcliff qui ne fait strictement rien comme tout le monde.- Je hais les gens. Tous autant qu’ils sont. Oui vous en faites partie aussi si vous n’aviez pas saisi. Ils ne font que vous déranger dans votre travail, quant aux Humains, eux nous font travailler 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. …Ils ne peuvent pas s’empêcher de mourir le dimanche et les jours fériés ? Bon maintenant, si cela arrivait mais que l’on ne daignerait pas nous payer, cela ne servirait strictement à rien. D’ailleurs, il faudra réussir à convaincre la Direction de nous payer toutes nos heures supplémentaires. Ainsi que des congés payés. Tch. Déjà rien que la première option serait magnifique, et si elle était déjà en action, je serais certainement millionnaire depuis le nombre de siècles que je travaille ici. Soit. Tout ça pour dire que je n’aime pas la compagnie et que le premier qui essayera de sociabiliser risque de se faire remballer en moins de deux. Ou alors je trouverai un sujet bien endormant sur lequel baratiner jusqu’à ce qu’il lâche prise.

Moi de mauvaise foi ? Jamais. Je ne vois pas ce qui a bien pu vous passer par la tête. Il faut vous faire à l’idée que je suis parfait et que je ne ferai jamais d’erreur, quelles qu’elles soient. J’ai toujours raison et au pire, c’est la vérité qui a tort point final. Acceptez-le, vous n’avez pas le choix, à moins d’être un des supérieurs, vous devez vous soumettre à mon autorité. Même si vous faites partie de ces…Démons. Il ne fait aucun doute que nous vous sommes supérieurs. Vous nous empêchez de faire notre travail correctement en nous volant délibérément des âmes, et en vous les appropriant pour vous nourrir. … Franchement

Bon qu’est-ce que vous voulez savoir d’autre ? …Non ne me dites rien, si vous commencez à poser des questions ce sera pire que tout. Surtout que je suis certain que vous allez sortir quelque chose à la rien avoir. Donc…que pouvons-nous donc bien encore soutirer sans pour autant que vous ne vous immiscez dans ma vie privée ? …Pour ceux qui ne l’auraient pas remarqué, je ne suis pas un boute-en-train, je le dis moi-même. D’ailleurs si vous cherchez quelqu’un qui vous accompagnerait à je ne sais quelle fête, ne passez même pas par la case ‘chez moi’ ça n’en vaudra pas la peine, vous êtes prévenus. J’ai d’autres choses à faire que de perdre mon temps là-bas. Et si je m’y rends, ce sera pour faire des commentaires désobligeants sur la moindre chose qui ne me plaira pas, et la liste est longue. Très longue. Quoi ? Non je n’essaye absolument pas de dégouter les autres personnes de me ré-inviter à ce genre de chose.

…Qui vous a autorisé de toucher à ce papier ? Reposez-le. Immédiatement. Vous savez combien de temps je mets chaque jour à ce que tout soit en ordre ? …Et bien rien que parce que vous venez de me le demander et que vous venez de briser cet ordre, je ne vais pas vous le dire. Non mais. Ça vous apprendra à vous incruster comme ça et à toucher à mes affaires. On ne touche pas à ce qui n’est pas à soi, compris ? Pointilleux moi ? Je ne pense pas. Ce sont les autres qui sont trop négligent. Il est normal d’arriver à l’heure quelque pa…Vous avez entendu que j’arrivais généralement avec une demi-heure d’avance ?...Ce n’est pas du pointillisme, c’est de la prévoyance et de la ponctualité.

En parlant de l’heure, cela fait au moins 2min 47 que vous êtes ici. Vous ne pensez toujours pas à partir, vraiment ? Non mais, au risque de me répéter, je n’ai pas la moindre envie de faire des heures supplémentaires par votre faute. Même si je passe beaucoup plus de temps dans ce bureau que dans mes appartements, ce n’est pas une raison pour rallonger le dit temps. Maintenant, si l’on m’annonce que chaque seconde que je passe ici, quelle que soit l’heure qu’il soit, je ne dirais pas non, mais ce n’est pas le cas.

Ce que j’aime ? Le calme. Chose bien trop rare ici. Quand ce n’est pas une tornade rouge qui fait son apparition, j’ai droit à je ne sais quel subordonné qui vient m’annoncer qu’il rendra ses dossiers en retard, ou m’annoncer je ne sais-quelle réunion à laquelle je devrais me rendre. En parlant de ces réunion, il n’y a strictement rien d’amusant à y participer. C’est même plutôt un calvaire, surtout lorsque votre voisin de droite s’amuse à faire du bruit avec ses doigts, celui de gauche à trouver plus d’intérêt au plafond qu’à ce qu’on lui dit, et celui d’en face…n’en parlons même pas. Le pire, c’est que en plus, il faut faire un compte-rendu de ladite réunion, comme si le secrétaire n’était là que pour décorer… je vous jure…

…Non personne n’est dans mes bonnes grâces. Quoique si, peut-être une personne. Alan Humphries, enfin quelqu’un qui travaille correctement et qui ne rechigne pas lorsqu’on lui demande quelque chose. Je n’ai jamais eu à lui faire une quelconque remarque. Bien que le ton peut monter de temps à autres. Enfin…Je ne suis absolument pas difficile, je veux juste que tout soit bien fait, point final. Ce n’est quand même pas si compliqué que ça, si ? En étant superviseur, je ne peux pas me permettre de laisser passer tout et n’importe quoi. Si l’on nous attribue un travail, c’est pour l’accomplir correctement. Et non je n’use pas de mes pouvoirs sur mes subordonnés. Je leur fais juste passer ma mauvaise humeur sur eux de temps à autre, je l’admets. Mais ce n’était pas non plus comme si je m’énervais facilement. - …Qui est celui au fond qui vient de rire ? -




How do you see me ?


T. Une lettre qui commence un des mots le plus important pour ma superbe personne : Travail. Cela pourrait n’avoir aucun lien avec mon physique, d’ailleurs vous n’en trouvez peut-être pas pour le moment, mais quand on cherche bien, on peut trouver ! Par exemple : lorsqu’on est un de mes homologues, il est très facile de me repérer : je porte constamment mon habit de travail, non pas parce que je l’adore, mais pour mon image. Vous comprenez ? Faisant partie des supérieurs, je ne peux me permettre de faire preuve de laisser-aller. Et puis, une chose ne me quitte jamais non plus : ma Death Scythe, mon outil de travail si précieux, vous savez mon espèce de pince télescopique ? - Qui s’appelle un é-la-gu-eur ! Je vous déconseille d’y toucher aussi.Et bien à votre place, je m’enfuirais en me voyant la pointer vers vous, mais cela ne reste qu’un conseil. …Maintenant si vous êtes mourant le résultat risque d’être plus que ridicule.

Soigné, ça on peut le dire, tout doit être parfait, jusqu’au bout de mes ongles que je lime régulièrement, oui j’arrive à trouver le temps de le faire. Trouver une tache ou quelque chose qui cloche chez moi cela équivaut à rechercher une puce dans une botte de foin, vous voyez le genre. Je frotte régulièrement ses habits afin qu’aucune poussière ne vienne s’y loger, nettoie mes lunettes aussi souvent que je les remonte sur mon nez, laissant ainsi mes yeux à découverts, mes yeux une des choses que l’on remarque le plus vite chez un Shinigami car, comme tout bon Dieu de la Mort qui se respecte, ils sont de deux couleurs, allant du jaune au vert.

Pâle, c’est le cas de le dire. Jamais, vous ne me verrez un tant soit peu bronzé. Pourquoi ? Le soleil, je déteste ça, et aller se prélasser dehors, je n’ai pas le temps …Non Sutcliff je ne me plaint pas de mon teint et non je n’autorise pas votre proposition qui était d’installer des bancs solaires à la Dispatch. Et puis, bien que je ne l’avoue pas ouvertement, avoir un teint pâle renforce l’image du boss à qui on n’a pas envie d’avoir affaire, ...Non ? Mais bon, il n’empêche qu’un cadavre pourrait remporte le concours de la peau la plus blanche auprès de moi soit dit en passant, ce n’est pas non plus comme si mon teint était maladif, ou que je n’avais aucune mélanine. Mes doigts, tout aussi blanc que le reste sont long et fins, un peu comme ceux d’un pianiste, et parcourent souvent les pages d’un livre, ou encore tiennent fermement ma Death Scythe si précieuse, ne la lâchant pas pour rien au monde.

Elégant, ou en tout cas j’essaye de l’être –Et je le suis en fait.-, tout autant dans la manière de s’habiller que dans mes tics, qui malgré ce que je prétends sont assez nombreux. Celui qu’on remarque le plus facilement et que je ne peux pas m’empêcher de remonter ses lunettes sur mon nez, même si elles n’en ont pas besoin. Pourquoi ? Et bien parce que j’ai trop peur de les perdre. En réalité, la fois où je les ai perdues, lors de mon examen d’entrée, m’a servi de leçon, depuis, jamais les verres n’ont accidentellement quittés le bout de mon nez. J’ai d’autre nombreux tics, et il est même très facile de savoir quand vous m’énervez : un froncement de sourcil, un coin de la bouche qui se relève,... Bien que certaines personnes disent de moi que je ne suis pas expressif, lorsqu’il s’agit de montrer mon mécontentement, on peut arriver à le voir rien qu’en observant mon visage.

Anglais de pure souche, et cela se voit dans mes traits fins de son visage, mais surtout dans mon accent très prononcé, un peu British. Très bien, au départ je faisais exprès de l’exagérer, mais petit à petit j’ai commencé à l’utiliser sans m’en rendre compte, mais cela ne me dérange pas le moins du monde au contraire, je suis fier de mes origines et n’hésite pas à le montrer. Je n’ai pas la moindre envie qu’on ne le confonde avec un Américain ou un Irlandais –Honte à vous si vous le faite !-. Et tout comme les Anglais, si vous avez la chance de me voir un jour boire du thé, je n’oublierai certainement pas de lever mon petit doigt. Une fois de plus oser me faire une remarque et votre durée de vie pourrait bien s’en trouver raccourcie. Quoique non, vous auriez plutôt des blessures, tuer quelqu’un dont le nom n’est pas écrit dans le Livre serait contraire aux lois. Et je préférerais me suicider plutôt que d’enfreindre les lois.

Remarquablement droit, même si la fatigue me prend, jamais je ne voûterai les épaules ou me tiendrai d’un air nonchalant, ce qui augmente encore plus l’impression de grandeur. Déjà que j’ai une taille plus haute que la moyenne...Mais cela ne me dérange pas, regarder les gens de haut ça a ses avantages, et dans la catégorie regards noirs, ou regards hautains, etc,.. Je suis un des spécialistes. Si ça vous intéresse, vous pouvez toujours allez me demander des cours, peut-être que si je perçois que ce n’est pas de l’ironie je consentirai à le faire. Peut-être. Sinon vous vous recevrez des remarques on ne peut plus sarcastiques de ma part, tout ce qui touche à l’humour noir et choses dans le genre, je semble bien m’y connaître et bien le maîtriser.

Surtout ne me dites au grand jamais que je ne suis pas bien habillé, j’en ferais une crise cardiaque. Vous l'aurez compris je suis extrêmement maniaque, et me balade même avec un peigne dans mes poches, si si en cherchant vous le trouverez dans ma poche arrière, que je sors dès que personne n'est là afin d'être certain d'être bien coiffé. Un peu narcissique non? Mais bon, même si je ne cherche pas à être mannequin, quoique vu ma taille je pourrais peut-être le faire, le physique a une grande importance pour moi, et dès que je croise un de mes homologues ne portant pas l'uniforme adéquat des Shinigamis, je ne peux s'empêcher de serrer les dents, étant donné que malheureusement aucune loi n'indique qu'il est obligatoire de le porter..







What happened ?


Il était une fois, une paire de lunettes. Elle venait tout juste d’être fabriquée, et pourtant elle se sentait déjà seule. Oui cette histoire se profile déjà comme étant on ne peut plus intéressante. Enfin, elle cherchait désespérément un propriétaire. Ou plutôt un nez sur lequel elle pourrait se poser tranquillement. Un nez de Shinigami plus précisément. Si un misérable humain osait s’en emparer, il était presque certain que ce dernier ne verrait pas grand-chose. Mais cela ne risquait pas d’arriver de sitôt. Ou du moins pas dans les minutes qui suivaient. Les seuls occupants de la pièce pour l’instant étaient tous des Faucheurs. Hormis une autre paire de lunettes à ses côtés. Qui était nettement plus tape-à-l’œil. Alors qu’elle se contentait d’une couleur grise des plus respectables, l’autre là essayait certainement de se faire remarquer avec sa couleur rouge vif. Tsk. Ridicule franchement. Mais bon, il fallait passer au-dessus de ça, il suffisait de l’ignorer tout simplement. Chose peu difficile vu l’énergumène aux cheveux rouges dans la pièce. Non elle n’était pas rougophobe. Enfin, après quelques minutes durant lesquelles elle pria son Créateur et tous les Dieux de la Mort qui pouvaient bien se trouver dans le bâtiment pour ne pas tomber sur n’importe qui, on lui attribua son propriétaire.

Il s’agissait d’un ‘jeune homme’ – Tout est relatif n’est-ce pas ?- qu’elle n’avait quasiment pas remarqué jusqu’à présent. Bon, elle l’avait bien vu entrer, mais étant donné qu’il n’avait pas pris la parole, elle lui avait prêté moins d’attention. Il s’appelait William et deviendrait quelques années plus tard, l’un des superviseurs les plus enquiquinants que l’on puisse trouver, celui qui faisait plus attention aux pigeons voyageurs qu’à ses effectifs. Et malgré son caractère peu engageant, elle ne le détestait pas. Non, il prenait soin d’elle, mais il n’empêche que cela aurait été beaucoup mieux si le Faucheur arrêtait de la remonter toute les trente secondes, alors qu’elle ne glissait même pas. Mais bon, tout ne pouvait pas être parfait.

Après quelques années, les lunettes vinrent à se demander quel pouvait bien être le passé de leur possesseur. Malheureusement, elles n’étaient point dotées de paroles, et ne savaient absolument pas écrire non plus, comment se faire alors comprendre ? La télépathie, ce n’était pas encore ça, la lecture de l’esprit non plus. Il allait alors falloir récolter quelques maigres informations par-ci par-là. Être toujours à l’affut, avides de savoir ne serait-ce qu’une bribe de ce passé. Non cela ne les aiderait en rien. Mais il fallait bien tuer le temps. Ce qui compliquait l’affaire était que le Faucheur en question ne parlait pratiquement jamais de son passé. Très bien, en soi le fait qu’il aille parler à quelqu’un d’autre chose que du travail relevait du miracle. Mais ‘l’énergumène’ qu’elles avaient remarqué auparavant lui, était beaucoup plus intéressant à ce niveau-là. Le tout était de passer au-dessus de tous ses sous-entendus et de ne retirer que la vérité.

De fil en aiguille, elles comprirent que le brun, lors de son examen pratique final, avait été en binôme en ayant pour collègue ledit roux. Chose dont elles auraient dû se douter un peu plus tôt. S’ils étaient arrivés dans la pièce, pour recevoir leur paire de lunettes en même temps, c’était pour une bonne raison tiens. Quoiqu’il en soit, ils avaient menés à bien la mission qui leur avait été confiée, celle de juger l’âme d’un humain, en ayant comme délais un mois. Bon, ces trente jours n’avaient pas été des plus tranquilles. Pour la simple et bonne raison que ces deux Shinigamis n’étaient apparemment pas fait pour être copain comme cochon. Il y avait eu des accrochages, puis étaient finalement tombés d’accord sur la juste décision à prendre.

Après cet examen, ils auraient pu faire comme s’ils ne se connaissaient pas, c’était d’ailleurs bel et bien l’intention du futur superviseur, mais malheureusement, ce n’était pas ce qu’avait prévu son binôme. William se contenta donc de le supporter en essayant de réagir le moins possible. Chose assez difficile, c’est qu’il semblait doté d’un pouvoir pour lui mettre les nerfs en pelote en un rien de temps. Lorsqu’il fut promu au rang de superviseur, le brun espéra avoir un peu plus d’autorité sur son subordonné. Aha. La bonne blague. Il n’arriva même pas à lui faire comprendre qu’il s’appelait ‘William’ et non ‘Will, Willy ouundesessurnomsdanslegenre.’. Exaspéré de devoir toujours lui faire des remarques, il préféra donc le laisser dire, n’arrêtant quand même pas d’espérer qu’un jour, en voyant son manque de réaction, il cessera.

Bref. Ce fût tout ce que purent soutirer les lunettes. Oh bien évidemment, il y avait encore d’autres éléments, plus ou moins futiles. Mais elles remarquèrent un point assez important, du moins de leur point de vue. Leur possesseur semblait pensif de temps à autres, lorsque le temps le lui permettait –c’est-à-dire peu souvent, convenons-en.-. Se souvenait-il lui-même de son passé ? Elles en doutaient. Oh bien évidemment, il était certain qu’il n’devait se rappeler lorsqu’il était étudiant à la Dispatch, mais avant ? Bien avant qu’il ne devienne un de ses nombreux Shinigamis ? Sans doute qu’elles n’auraient pas leur réponse sur cette question-là. Alors en attendant, l’espoir fait vivre, autant l’observer lors d’une journée parfaitement normale. Qui se résume à travailler, se faire interrompre grossièrement, travailler, aller à une réunion, faire preuve de sa mauvaise foi légendaire, travailler, courir après un subordonné en faute, imposer son autorité en faisant peur au dernier membre arrivé, travailler, manger et ô miracle, dormir plus ou moins longtemps suivant la quantité de travail qu’il y a.

Comme quoi, la vie de lunettes peut être on ne peut plus passionnante. Elles le suivent donc partout où il va –en même temps ce n’est pas non plus comme si elles avaient le choix- lui étant quand même d’une énorme utilité. Que ferait-il sans elles ? Rien, certainement. Il n’arriverait pas à faire deux mètres sans se prendre quelque chose. Conclusion, il est impossible de le voir sans ses verres. – Ou alors c’est qu’il vient de les perdre, dans ce cas, il vaudrait mieux l’aider à les retrouver plutôt que de rester planté là.- Mais ce n’est pas non plus comme s’il s’amuse à se traîner le nez dans le beurre pour qu’elles glissent. Sur ce, vous nous excuserez, vu le manque d’effectif, et le nombre de morts qui s’est multiplié, des dossiers nous attendent de pied ferme, n’attendant qu’à être rempli.









But, more exactly ?


Surnom: Euh. ..Bigleux m’ira très bien \o/ /out/...Persévérant? D'accord, Maestro.
Âge : Ton âge multiplié par celui de ta grand-mère divisé par celui de ton poisson rouge. Areum. Non je suis pas drôle, je sais. 18 ans et des poussières
Comment avez-vous découvert le forum ? Google is my frieeend \o/
Remarque : Nope C8 Enfin, j’ai fait un autre code –Aha. Sans blague.- Mais maintenant si ça dérange, je change C8


Toute reproduction partielle ou intégrale de cette fiche est interdite. Le codage est de Maestro et a été un peu remanié par Kalia o/.






My badge, and Mr Pigeon's badge : ...Thanks Sutcliff for your scribbles... Honestly.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 147
Date d'inscription : 09/05/2012

Identité
Race:
Place dans la société:
Un contrat ? Avec qui ?:
avatar
[PNJ] Champignon
MessageSujet: Re: Dossier n° 384, William T. Spears [Finish o/]   Dim 3 Juin - 18:39

Fiouf, j'ai tout lu!
Bien imaginé le fait de faire l'histoire à travers les lunettes, qui sont, pour les Shinigamis, la chose la plus importante Wink
Peut de fautes et très bien présenté!

Sempai...


VOUS ETES VALIDE !

Valide, déplace et colore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kuroshitsuji-rpg.forums-gratuits.fr
 

Dossier n° 384, William T. Spears [Finish o/]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rapport n° 678 ~ William T. Spears [Finish o/ ...je crois °w°)
» William T Spears. Infraction au code 03 B13 !
» Dossier Corruption 2:L'ONU et l'argent vole par JC Duvalier
» Arrestation du chef de gang William Baptiste alias "Ti
» Fidel Castro dans le dossier Haiti-Clinton: On ne peut rien improviser en Haiti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroshitsuji-rpg :: ~ London Time ~ :: ~Présentation~ :: Fiches validées :: Shinigamis-